×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Retraites
Pourquoi adhérer à un régime complémentaire?

Par L'Economiste | Edition N°:2130 Le 14/10/2005 | Partager

. Se limiter à la pension de la CNSS peut entraîner une perte de revenu de 80% . S’affilier à la CIMR peut pallier le problèmePOURQUOI l’adhésion à une retraite complémentaire est une nécessité impérieuse? Se limiter au régime obligatoire, notamment à la CNSS, entraîne une perte de revenu importante à la retraite: baisse de 50% du pouvoir d’achat pour un salaire de 8.000 DH par mois et jusqu’à 80% pour un salaire de 20.000 DH. La pension du régime obligatoire pour le privé atteint à peine 4.200 DH pour 30 ans de carrière. En 2003, les pensions moyennes annuelles de la CNSS et la CIMR ont été de 15.995 et 24.232 DH respectivement.Khalid Cheddadi, PDG de la CIMR, est venu à la Chambre française du commerce et d’industrie au Maroc, le 12 octobre, pour exposer les avantages du régime qu’il dirige et qui pourra jouer un rôle de matelas de sécurité pour les vieux jours. La donne a en effet changé. Les pensions versées par les régimes obligatoires ne répondront plus aux besoins de futurs retraités en raison d’un renchérissement continuel du coût de la vie, du vieillissement de la population, de l’augmentation de l’espérance de vie et recul de l’âge de mariage.Les avantages d’une affiliation à la CIMR sont multiples selon son management. «C’est un investissement sur l’élément humain, pour bâtir le meilleur avenir pour l’entreprise dans le cadre d’un partenariat win-win avec son personnel», a souligné Cheddadi. Pour convaincre son auditoire, le directeur commercial de la Caisse a insisté sur le caractère pérenne et dynamique du régime. Trois réformes successives ont permis d’écarter toute difficulté future de gestion. C’est ce que montre le bilan actuariel, présenté par Abderrahim Janani, chef du département Actuariat et Etudes statistiques, qui confirme la continuité du régime au-delà de 2060. Les données projetées montrent que le fonds de prévoyance sur 60 ans est ascendant, passant de 10 milliards de DH en 2004 à plus de 60 milliards. La Caisse devrait toutefois rester vigilante par rapport à deux paramètres importants: le recrutement de nouvelles entreprises et des rendements financiers importants et stables. L’équipe de management a rappelé dans ce sens que le nombre des adhérents atteint les 3.829 en 2004, soit une hausse des recrutements de nouvelles entreprises de 3,5% sur les 10 dernières années. Ceux-ci sont à l’origine de 228.132 cotisants actifs, soit une hausse annuelle de 1,2% sur 10 ans. L’âge moyen de cette population, dont 74,77% est masculine, est de 41 ans. Plus de 61% de ces cotisants ont un salaire de plus de 6.000 DH. Les ayants droit sont au nombre de 165.528 et les allocataires se répartissent entre 66.534 retraités, 29.165 conjoints survivants et 320 orphelins.B. E. Y.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc