×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

El Jadida: Chasseurs, à vos fusils!

Par L'Economiste | Edition N°:2130 Le 14/10/2005 | Partager

. La saison de la chasse est ouverte depuis le 2 octobre. Perdreaux, lièvres, bécasses…La saison de la chasse est ouverte depuis le 2 octobre. Au grand plaisir des passionnés de ce sport de la nature. «Loin du stress des grandes cités», se plaît à dire un chasseur. Jusqu’à la semaine dernière, la province d’El Jadida a délivré 527 licences de chasse et ports d’armes. Plus d’une centaine d’autres autorisations sont en cours de validation. Dès le lever du jour, les chasseurs locaux et aussi ceux d’autres régions (de Casablanca notamment) se déplacent vers les secteurs ouverts à la chasse. «Les chasseurs sont en majorité affiliés à des associations et connaissent parfaitement la réglementation en vigueur», explique Mohamed Bernoussi, chef du service provincial des Eaux et Forêts d’El Jadida. D’ailleurs, avant l’ouverture de la saison de la chasse, cette administration avait pris toutes les dispositions. Ont été distribuées des cartes délimitant les réserves permanentes, triennales et lots amodiés. Ces derniers sont des sites en location au profit des associations ou des sociétés de chasse touristique. Des chasseurs de différentes nationalités viennent avec des guides, notamment dans la région de Sidi Bennour. «Les réserves triennales restent fermées à la chasse pendant une durée de 3 ans», explique Ahmed Benmeryeme, ingénieur des Eaux et Forêts. Il existe aussi deux types de licences. Une pour le gibier sédentaire et une autre pour le gibier d’eau et migrateur. Dans la région d’El Jadida, il y a actuellement 8 lots pour gibiers sédentaires (perdreaux, lièvres, lapins…). Dayat Al Fahs est l’unique site pour le gibier migrateur (canards, colverts, foulques, sarcelles…). Un lot de chasse provincial se trouvant près de Oualidia et Gharbia (sangliers, perdreaux, lièvres et autres gibiers). . Défense de toucherCependant, la majorité s’adonne à la chasse au gibier sédentaire (appelé communément le petit gibier). La vérification de balisage a été effectuée sur le terrain. «Et des brigades de contrôle ont été constituées le long des principaux axes routiers empruntés par les chasseurs», indique Abdellah Arifi, garde-chasse. Défense de toucher au gibier protégé. «Le chasseur est censé connaître tous les genres de gibier», dit Mohamed Bernoussi. Les contrevenants risquent des amendes et retrait de licence.Le nombre maximal de pièces de gibier qu’un chasseur peut abattre au cours d’une journée de chasse est fixé. Il peut chasser 4 perdreaux, 1 lièvre, 5 lapins, 5 bécasses, 30 grives, 10 canards dont 4 colverts au maximum, 2 oies, 20 bécassines, 50 tourterelles, 50 calandres et calandrelles. Les chasseurs contrôlés ont exprimé leur satisfaction. Néanmoins, les conditions climatiques favorables restent un élément principal pour le développement du gibier.Mohamed RAMDANI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc