×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Retraites CIMR: Comment calculer les pensions des nouveaux retraités

    Par L'Economiste | Edition N°:538 Le 28/06/1999 | Partager

    · Le mois de juin coïncide généralement avec la période des départs en retraite. Dans le cas de la CIMR, c'est 4.400 nouveaux allocataires (retraités mais aussi veuves et orphelins) qui sont concernés chaque année
    · Entré en vigueur l'année dernière, le point en service ralentit la revalorisation des pensions servies aux personnes déjà retraitées


    LES nouveaux retraités CIMR ne réalisent peut-être pas que leurs pensions seront mieux revalorisées que celles des générations qui les auront précédés. Les points des actifs arrivés à la retraite auront en effet une valeur supérieure à ceux des personnes déjà retraitées. C'est là une des conséquences de la dernière réforme de la CIMR. Celle-ci a en effet introduit une nouvelle notion, le point en service. Entrée en vigueur au mois de juillet 1998, cette mesure doit permettre de faire participer les retraités à l'équilibre du régime. Deux catégories de points cohabitent actuellement: le point à la liquidation et le point en service. Le premier est utilisé pour l'évaluation des droits des actifs ainsi qu'au calcul du montant de la pension à percevoir. La valeur du point à la liquidation est déterminé au cours du premier semestre de chaque année. Pour 1999, elle est de 10,89 DH. Pour l'affilié qui part en retraite cette année et qui totalise 3.000 points, la pension qui lui sera servie à son départ à la retraite sera de 3.000x10,89 = 41.920 DH. Quant au point en service, il sert surtout à déterminer les points des retraités actuels et futurs. Le 1er juillet de chaque année, le point en service n'est augmentée qu'à hauteur des 2/3 de l'augmentation du point à liquidation (ce qui va ralentir la revalorisation des pensions servies aux personnes déjà retraitées).
    L'instauration du point de service constitue à côté de la réduction du coefficient qui sert au calcul au point CIMR (depuis le 1er juillet 1998, ce coefficient est passé de 0,99218 à 0,9740) une des principales dispositions destinées à faire baisser le rendement du régime CIMR. Sur une période de 17 ans (de 1998 à 2014), il est prévu de le réduire de 16,28% à 10%.


    Les points


    Les droits à la retraite sont calculés sur la base du nombre de points que la Caisse attribue chaque année au cotisant. La CIMR prend en considération la somme de versements mais aussi le salaire de référence qui est un indice reflétant l'évolution des salaires moyens de l'ensemble des affiliés à la CIMR. En pratique, c'est le salaire de référence de l'année n-1 qui est retenu. Ainsi, le calcul du point en 1999 prend en compte le salaire de référence pour l'année 1998 qui est de 11,89 (mais attention! la valeur du salaire de référence n'a pas d'unité, puisqu'il s'agit d'un indice).
    Depuis 1967, la valeur du point évoluait au même rythme que le salaire de référence. Mais en 1994, la valeur du point est évaluée sous une autre formule en tenant compte d'un coefficient fixé à 0,99218.
    Ce coefficient a pour objectif de freiner l'évolution du point. Le nouveau coefficient le freinera davantage.

    Mohamed BENABID

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc