×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

Restructuration: 2M au bout du tunnel

Par L'Economiste | Edition N°:290 Le 24/07/1997 | Partager

Un an après son entrée dans le giron de l'Etat, 2M sort la tête de l'eau. Parmi les priorités, la gestion rigoureuse de la trésorerie, les coupes dans les frais généraux, l'amélioration de la qualité et le développement de nouveaux produits. Le Conseil d'Administration du 14 juillet a approuvé les résultats 1996.


C'est au pas de charge que la nouvelle Direction de 2M a entamé la restructuration de la chaîne, en version semi-publique. Treize mois après sa nomination et plus de dix jours après la tenue du dernier Conseil d'Administration, M. Larbi Belarbi, administrateur-directeur général de Soread, communique les premiers chiffres. Après les augmentations de capital prévues par le protocole d'accord de 100 millions de DH puis de 150 millions, le Conseil vient d'approuver la libération de 90 millions de DH au cours de cette année.

Pour M. Belarbi, l'année 1997 est celle de la réalisation du plan de restructuration et de l'équilibre financier. Tout d'abord, un état des lieux a été dressé avant de procéder à "un nettoyage complet". Actuellement, "2M est sortie de la salle de réanimation pour repartir sur des perspectives prometteuses". Pour le directeur général de Soread, la survie de l'entreprise dépend de sa capacité à être une chaîne internationale et à dégager du profit. Cela suppose, notamment, des programmes de qualité et la commercialisation de produits annexes. Il en est ainsi de Canal Plus Horizons, lancée le 23 décembre 1996, et qui compte aujourd'hui, près de 8.000 abonnés, ou encore de ART avec lequel le protocole d'accord vient d'être signé. Ce dernier bouquet comprend quatre chaînes arabophones et quatre autres francophones. Les détails du contrat sont en cours de discussion.

Fin de l'hémorragie


Parallèlement, des négociations sont ouvertes afin d'insérer 2M dans des bouquets de chaînes satellitaires arabes et françaises.
La politique draconienne de réduction des coûts menée depuis 1996 a débouché sur une économie de 17 millions de DH.
La recette: un plan de trésorerie rigoureux, le reprofilage de la dette à long terme accompagné d'une renégociation des taux d'intérêt et les inévitables "économies de gestion". A l'instar de Soread Maroc, qui emploie actuellement 500 personnes contre 540 en 1995, la restructuration a également touché Soread France. Son effectif a été ramené de 7 à 3 personnes.
Les frais généraux passeront de 158 millions en 1995 à 135 millions de DH à fin 1997. Les frais financiers seront ramenés de 44 millions à 28 millions de DH sur la même période.
De 136 millions de DH en 1995, les pertes nettes se sont établies à 282 millions en 1996, du fait des mesures de restructuration.

Le point mort a été atteint à l'issue des six premiers mois de l'exercice 1997. A présent, l'hémorragie est éradiquée et l'entreprise tend progressivement vers l'équilibre.
Le chiffre d'affaires des recettes publicitaires a effectué un bond de 59% à fin juin 1997. Le volume publicitaire diffusé a connu une progression de 28,4% entre 1995 et 1996. Outre le partenariat avec Canal Plus Horizons qui a permis le redéploiement d'une partie du personnel de la Direction Commerciale et Marketing, les produits annexes, tels que l'optimisation de l'utilisation de l'équipement et la prestation de services, se développent.
Par ailleurs, la dotation publique destinée à équilibrer le budget de fonctionnement de 2M n'a pas été versée en 1996. "Le système devrait être rodé durant cet exercice", ajoute M. Belarbi.

Il est à rappeler que le produit de la taxe sur l'audiovisuel est affecté au "Fonds pour la Promotion du Paysage Audiovisuel national". Celui-ci verse 60% à la RTM, le reliquat étant partagé entre le cinéma, 2M et la production audiovisuelle en général. "En tablant sur des entrées de 257 millions de DH en 1997 grâce à l'augmentation des recettes publicitaires et des produits annexes, nous sommes en mesure d'atteindre ce point mort avec une dotation du Fonds de 133 millions de DH", affirme M. Belarbi, réduction des coûts et gestion rigoureuse de la trésorerie aidant.
Par ailleurs, le passage en clair au début du mois de Ramadan a permis à la chaîne de toucher 70% de la population, au lieu des 100.000 clients (et quelque 400.000 téléspectateurs "indirects"), grâce au réseau de sites de réception satellites et de la diffusion hertzienne assurée par les techniciens de la chaîne.
Objectif affiché pour 1998: couvrir 75% du territoire et priorité à la région nord. Les travaux au niveau de Tanger seront lancés à la mi-août.
Après six mois de transmission en clair, la chaîne a commandé à deux cabinets externes en juin une enquête afin d'évaluer notamment le profil, les besoins et attentes des téléspectateurs. Les résultats devraient être livrés courant août et aider la chaîne à mieux se situer. La nouvelle grille des programmes prévue pour la rentrée en tiendra probablement compte.

Meriem OUDGHIRI & Mouna KABLY




  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc