×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Entreprises

    Crédor lance son plan stratégique 1997/2000

    Par L'Economiste | Edition N°:290 Le 24/07/1997 | Partager

    Six mois après son entrée en bourse, Crédor mène plusieurs chantiers: programme de formation, nouveau système d'informations, nouvel organigramme, ouvertures d'agences... Le tout saupoudré d'un programme de communication d'envergure.


    "Nous sommes passés des bancs de la fac à la classe préparatoire des grandes écoles". C'est en ces termes que M. Majid Bennani Smirès, administrateur-directeur général de Crédor, évoque la mutation vécue par l'entreprise après son entrée en bourse. Désormais, le marché est le juge "implacable" de la gestion financière et commerciale mise en oeuvre. "Sous sa pression, le management est amené à réfléchir à deux fois avant d'entamer une quelconque action", souligne M. Bennani Smirès. Autre indice qui ne trompe pas: l'ensemble du personnel de Crédor est actionnaire. Donc nouvelle perception de l'entreprise avec plus de vigilance et de dynamisme. Bien entendu, poursuit le directeur général de Crédor, il faut être prêt à partager le pouvoir. "D'ailleurs, l'évolution actuelle de l'environnement politique devrait inciter les entreprises à apprendre la leçon du partage et de la mesure... C'est une question de survie".
    Entrer en bourse constitue également l'occasion de dresser l'état des lieux et d'évaluer les forces et faiblesses de la société.
    Six mois après son inscription à la cote, la visibilité stratégique de Crédor n'a jamais été aussi claire, affirme son DG.

    Le plan de développement baptisé "3/6/9", engagé en avril 1995 et bouclé en octobre 1996, avait pour objectif d'éclaircir le paysage de croissance de la société de crédit à la consommation et de la doter de structures adéquates. Dans la foulée, un second plan mènera Crédor à l'an 2000.
    Un des axes prioritaires, la formation des ressources humaines.
    Une convention est en cours d'élaboration avec l'OFPPT pour un budget global de 1,5 million de DH. Le plan de formation couvrira, non seulement les aspects techniques du métier, mais aussi la dimension humaine "en vue de valoriser l'individu dans l'exercice de ses fonctions". L'effectif de Crédor est passé de 55 à 94 personnes entre 1993 et 1994, avec une moyenne d'âge de 29 ans et 2,5 ans d'ancienneté. D'où l'importance de la formation, est-il indiqué.
    Parallèlement, un plan informatique vise à moderniser le système d'informations interne et assurer la migration vers une architecture client-serveur et un système de base de données relationnelles de type Oracle. L'étude de faisabilité sera close à la fin de ce mois et le plan démarrera dès la rentrée. Ce chantier débouchera sur le reengineering des procédures internes et accompagnera la réorganisation des structures de la société.

    Deux credo: autonomie de décision et délégation de pouvoir. Le futur organigramme comportera cinq pôles d'activité:
    le développement commercial, le risque, les opérations financières, la logistique et le juridique. "Le recouvrement relève de l'activité commerciale; l'ensemble du réseau doit donc être concerné". Les cinq agences de Crédor, dont celle d'Agadir récemment opérationnelle, sont reliées au siège par ligne spécialisée. Il est prévu, d'ici 1998, d'ouvrir un second point de vente à Rabat et à Casablanca et un bureau à Tanger.
    Le plan d'investissement total s'établira entre 15 et 20 millions de DH d'ici 1999. "Chaque nouvelle agence requiert 1 à 2 millions de DH de dépenses supplémentaires et une formation spécifique de 6 mois".
    Autre priorité de Crédor: la communication axée sur la transparence et la confiance. Elle a constitué le noyau dur du plan "3/6/9" avec la campagne de notoriété et le changement d'identité visuelle effectuée en 1995. Le budget communication alloué à l'exercice 1997 s'élève à 5,4 millions de DH, en hausse de 30% par rapport à l'année précédente. "Il devrait, après le lancement de notre dernier produit, Crédirect, se stabiliser autour de 4 millions de DH", précise M. Bennani Smirès.
    Après "le crédit rapide", Crédor mise sur la signature "le crédit en toute liberté" pour consolider la relation de partenariat avec le client. En outre, un programme de fidélisation est en cours de définition. Objectif affiché: coller aux besoins du marché. Crédor compte aujourd'hui quelque 90.000 clients, plus de 600 conventions entreprises et traite près de 350 dossiers par jour.
    La grille de score est actuellement testée sur 300 dossiers afin d'en mesurer le degré d'opérabilité.

    Mouna KABLY

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc