×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Restrictions d'importations pour le lait en poudre

Par L'Economiste | Edition N°:805 Le 07/07/2000 | Partager

• Le flux massif des importations de lait en poudre durant les périodes de haute lactation déséquilibre le marché excédentaire• Le Ministère de l'Agriculture veut réduire le volume de la récolte informelle• Les restrictions restent en vigueur jusqu'au 19 septembreLes producteurs de lait la réclamaient depuis longtemps.Aussi l'instauration d'une DPI (Déclaration Préalable d'Importation) sur le lait en poudre n'a-t-elle pas été une grande surprise.Elle est motivée par une décision conjointe du Ministère du Commerce et de l'Industrie et du Ministère de l'Agriculture, du Développement Rural et des Pêches Maritimes, datant du 19 juin.Depuis cette date et pour une durée de trois mois, toute nouvelle importation de cette denrée est soumise à la DPI. La décision exclut cependant les cargaisons embarquées directement à destination du Maroc et pour lesquelles un crédit irrévocable et confirmé avait été ouvert avant le 19juin.«Le marché restant relativement réduit, l'afflux massif des importations de lait en poudre sur des périodes assez courtes déséquilibrait le marché«, précise un responsable du Département du Commerce.Cette situation est beaucoup plus fréquente durant les périodes de hausse lactation, comme c'est le cas actuellement, où d'importantes quantités de lait restent non valorisées. Pour le Dr Abdelhak Tber, directeur de l'Elevage, une marge de progression significative existe encore en matière de production.Les quantités de lait non collectées par l'industrie laitière ont atteint plus de 50 millions de litres, tandis que les volumes de lait commercialisés par circuit de colportage ont dépassé les 300 millions de litres. Or, ces volumes pourraient être valorisés et transformés en lait en poudre pour les périodes de basse lactation.Ils permettraient notamment de couvrir intégralement la demande intérieure de cette denrée, alors que la production actuelle de 12.000 tonnes couvre 73% des besoins.Les importations de lait en poudre restent une nécessité pour combler le gap, mais le Maroc est potentiellement capable de satisfaire sa demande, estime M. Tber. Il suffira pour cela d'augmenter le taux de valorisation de sa production laitière, estimée à 1,2 milliard de litres.Notons que les importations de lait en poudre se sont montées en 1999 à 67 millions de DH.Le rôle des producteurs est à ce niveau très important. Actuellement, quatre unités de production opèrent sur le marché national: la Centrale Laitière à El Jadida, la Coopérative Bon Lait à Marrakech, la Coopérative Superlait à Kénitra et la filiale de la multinationale Nestlé à El Jadida. G.K.


Aux yeux de l'OMC, la DPI est illégaleCoup sur coup, plusieurs DPI sont tombées, sur le lait en poudre, mais aussi pour les pommes, les allumettes et avant eux, les bananes, Instrument de contrôle du flux d'importation, la Déclaration Préalable d'Importation astreint son demandeur à l'accord de l'Administration pour effectuer ses importations. Sa durée de vie ne peut pas dépasser trois mois, car elle reste une mesure liée à la conjoncture. Il faut souligner cependant qu'elle reste illégale, vis-à-vis de l'OMC, tant qu'elle ne lui a pas été notifiée. C'est notamment le cas pour les produits mentionnés, puisque les décisions ont été prises par les administrations concernées sur la demande de producteurs locaux.
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]nomiste.com

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc