×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Politique Internationale

    Renault développe Racoon, la voiture de l'extrême

    Par L'Economiste | Edition N°:70 Le 11/03/1993 | Partager

    Racoon, un prototype de voiture hypermobile amphibie de Renault, s'est fait tirer le portrait au Maroc avant le salon de Genève. Ce véhicule de l'extrême repousse les frontières du marketing de la "Renault à vivre".

    Lorsque Renault reconsidère sa présence sur le marché des 4X4, le constructeur s'inspire d'un raton laveur. La Racoon aime l'eau, l'escalade et la propreté. Renault l'a donc choisie pour patronyme symbole de son dernier "concept car ". Présenté au salon automobile de Genève, le prototype Racoon ne ressemble à rien de connu. Cette voiture combine des traits hérités de l'hélicoptère, du bolide de course et de l'engin de chantier. Mais surtout, elle peut théoriquement franchir tout type, du moins la plupart, des obstacles, aussi à l'aise en plein désert que sur l'asphalte ou même dans l'eau puisqu'elle est amphibie.
    Renault aurait-il inventé le véhicule universel?
    Pas tout à fait, s'accordent à reconnaître ses inventeurs.
    Quelques impasses techniques ont été volontairement consenties sur le prototype présenté à Genève.
    Par exemple, l'étude sur la commande des flux des hydrojets pour le déplacement sur l'eau de la Racoon n'est pas encore tout à fait bouclée. De même, les essais sur l'émetteur ultra-sonique qui remplace avantageusement l'essuie-glace en désintégrant les molécules d'eau, quand elles se posent sur le pare-brise, ne sont pas suffisamment concluants pour son homologation définitive.
    Toujours est-il qu'elle roule. Et ce, en toute confidentialité depuis le mois de décembre dernier, soit tout juste un peu plus d'un an après le lancement de son étude. Les premiers clichés de la Racoon ont d'ailleurs été réalisés au Maroc avant sa présentation à Genève. La province d'Errachidia et ses sites rappelant dans les sables un environnement lunaire ont été sélectionnés pour ses premiers portraits.
    D'emblée, il est vrai, les couleurs, ocre-orange pour l'habitacle, vert pour les pneumatiques, positionnent la Racoon en véhicule des grands espaces.

    155km/heure

    Pour le choix des matériaux, les concepteurs de la Racoon misent sur du solide. Conformément aux recommandations des experts de Usinor Sacilor, la carrosserie est totalement en acier: la Racoon, pour tenir ses promesses, aura effectivement à supporter des efforts mécaniques importants. D'ailleurs, le châssis est équipé de verins hydrauliques permettant d'élever la voiture de 30 à 50 centimètres sur 2 ou 4 bras articulés, en fonction de la nature des obstacles. Les reliefs sont absorbés par un système de suspensions hydrauliques et un carénage étanche permet à la Racoon de flotter.
    Au niveau du groupe motopropulseur, le couple d'un V6 biturbo est transmis en douceur aux quatre roues par l'intermédiaire d'une boîte de vitesse à 6 rapports. Néanmoins, comme toutes les Renault, la Racoon se veut "une voiture à vivre". Sa motorisation favorise donc davantage le confort et la sécurité plutôt que les performances. Elle atteint tout de même 155km à l'heure pour un poids à vide de 1,5 tonnes et une consommation de 9,6 litres à 100km/heure. Enfin, grâce à une transmission par courroie crantée, le V6 actionne aussi sur commande les deux hydrojets qui permettent à la Racoon d'évoluer dans l'eau à une vitesse de croisière de 5 nuds.

    L'infra-rouge en vision de nuit

    L'intérieur agencé à l'image d'un véhicule militaire tout terrain ne surprend plus. Les passagers prennent place en position semi-allongée sous la coque translucide du pare-brise. Les fauteuils sont disposés en triangle. Le passager arrière bénéficie d'un siège surélevé qui lui confère un rôle de navigateur.
    Pour le pilote, l'instrumentation a été simplifiée grâce au recours à des technologies de pointe comme l'affichage holographique.
    Au centre de la planche de bord, à l'instar de la Twingo de Renault, un petit bloc d'instrumentation abrite les indicateurs de cap et d'assiette. Le reste des informations est fourni par un dispositif d'affichage "head up display " , ou "tête haute ", utilisé sur les avions de chasse. Un miroir holographique donne ainsi au conducteur une vision focalisée à environ deux mètres dans la partie inférieure de son champ de vision. Cette technique évite notamment le détour du regard pour la consultation des instruments. Quant à la vision de nuit, si la Racoon possède bien évidemment des phares, elle est assistée par infra-rouge. Située à l'avant, une caméra sensible filme la zone d'évolution du véhicule. Les images vidéo permettent ainsi au pilote d'améliorer sa vision nocturne en détectant toute émanation de chaleur, qu'elle provienne de la végétation, d'animaux ou d'hommes.

    La 4X4 du futur ?

    En parallèle, l'équipement intérieur comprend de quoi vivre et se déplacer seul mais également des systèmes perfectionnés de communication satellites comme un téléphone "main-libres".
    A l'arrière, bien calé dans un logement ad-hoc, un "assistant électronique personnel" dédié aux communications permet de recevoir et transmettre des télécopies partout dans le monde. Son système de navigation fournit également des indications précises sur la localisation du véhicule.
    Tout semble donc prévu, même en cas de crevaison où un "boudin mousse ", selon un procédé développé par Michelin, s'expanse à l'intérieur de l'enveloppe du pneu sous l'effet d'une perte brutale de pression.
    Reste donc à savoir quel sera le coût d'une Racoon et si même le véhicule sera un jour commercialisé à une échelle significative. En effet, les études menées conjointement par le centre de développement de Renault et de nombreux laboratoires publics et privés devraient permettre de rapidement paufiner la Racoon dans tous ses détails. Mais aucune réponse précise sur son avenir ne peut être donnée pour le moment. Si ce n'est au niveau d'un éventuel segment de marché auquel la Racoon semble se destiner, soit vers un tourisme de l'extrême. Quoi qu'il en soit, pour Renault, ce "concept car"le place parmi les premiers opérateurs ayant fourni une proposition concrète de ce que pourrait être le 4X4 du futur.

    Christian MEAR

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc