×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Politique Internationale

    Succès de JFK à Casablanca : Cinéma: Croisade morale à travers l'affaire Kennedy

    Par L'Economiste | Edition N°:70 Le 11/03/1993 | Partager

    Il faut attendre 2029 pour que la vérité officielle éclate sur l'affaire Kennedy. En attendant, Oliver Stone et Kevin Costner étalent la bonne conscience américaine, à travers J.F.K.; un succès jusqu'au Maroc.

    Une quatrième semaine de succès se termine pour le film J.F.K. de Oliver Stone, dans deux salles du Dawliz à Casablanca, avec un nombre d'entrées le lundi soir 1er mars de 5.191 personnes.
    Est-ce dû à la renommée de Kevin Costner, déjà si remarqué pour son interprétation de "Robin des Bois" et de "Danse avec les loups", dans le rôle du procureur Garrisson? A la personnalité du président assassiné? Aux révélations judiciaires, à la motivation tortueuse et souterraine de cet assassinat qui mettent en cause les instances les plus décisives des Etats-Unis d'Amérique, à savoir les présidents Johnson et Nixon, ainsi que le Pentagone? A la magie du cinéma américain qui allie les valeurs, les idées, les émotions à une action tenant en haleine les spectateurs?
    Tout contribue sans doute à attirer les amateurs malgré les longueurs pesantes de ce film de 3 heures, où l'on retrouve les clichés et les forces de l'idéologie américaine: l'homme seul (le procureur Garrisson) luttant sans répit contre la formidable machine de l'Etat et des services secrets truffés par la maffia et divers mouvements anticommunistes, pour que justice soit faite et que la vérité éclate. Une justice qui serait celle de la démocratie dont Kevin Costner n'hésite pas à rappeler la définition classique - pouvoir du peuple, par le peuple, pour le peuple: sans doute est-ce nécessaire à une époque où le terme est si galvaudé qu'il perd son sens. Une démocratie sapée par le fascisme - entendez: les marchands d'armes à qui profitent les guerres, à commencer par celle du Vietnam dont l'assassinat de Kennedy aurait été le prologue. Une vérité qui constitue l'élément fondamental du régime démocratique, la valeur suprême dans un monde de violence et de mensonge, où l'Etat américain conserve jalousement jusqu'à aujourd'hui les indices permettant d'identifier non les coupables (sans intérêt) mais les raisons de ce que le film n'hésite pas à appeler un "coup d'Etat", déguisé en meurtre d'un individu isolé.
    Ainsi le film d'Oliver Stone, dédié à la jeunesse et à sa quête de la vérité, puisque les documents concernés ne seront publiés qu'en 2029, se trame et se réalise sur un hymne à l'Amérique, à ses valeurs démocratiques universelles de liberté, à l'Amérique des droits de l'homme qui reste à construire. Le procureur Garrisson perd son procès, mais la recherche n'est pas close. Affaire non classée.
    Le film n'échappe pas aux mythes: celui de l'Amérique, de la démocratie, du héros, mais aussi celui de la famille, à commencer par le "clan" Kennedy: une famille unie, heureuse, Robert T. Kennedy tombant lui aussi sous les coups des assassins après son frère et Martin L. King, Jacqueline Kennedy menant le deuil avec ses enfants lors des funérailles du Président...
    On (re)voit avec plaisir les documents filmés des années 60, on suit avec intérêt les images superposées montrant à l'évidence la duplicité fondamentale de l'affaire (par exemple le truquage des photos en surimpression sur les vues du dossier de Lee H. Oswald). Kevin Costner croit à son rôle, et dénonce avec émotion, trop pour vaincre le réalisme froid de ses adversaires, les dessous de la politique. L'histoire est connue, et sert à merveille les intrigues. L'affaire Kennedy n'en finit pas d'être un symbole.

    Thérèse BENJELLOUN

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc