×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Rapport HCP: L’énergie carbure

    Par L'Economiste | Edition N°:2295 Le 12/06/2006 | Partager

    . L’hébergement et le transport aussi secteurs dynamiques en 2005 L’ÉNERGIE, l’hébergement, la restauration, le transport et communications, le BTP et les services non marchands des administrations publiques sont les secteurs qui ont marqué un dynamisme en 2005 par rapport à 2004, indique le Haut-Commissariat au Plan (HCP).Dans sa dernière note d’information sur les comptes et agrégats de la Nation de 2005, le HCP précise que le secteur de l’énergie s’avère le plus dynamique avec une hausse de 18,3% en 2005 contre 11,2% l’année d’avant, suivi de ceux de l’hébergement et la restauration (10% contre 7,1%), du transport et communications (7,1% contre 4,8%), du bâtiment et travaux publics (5,9% contre 3,5%) et des services non marchands des administrations publiques (5,1% contre 2,9%).Quant à l’évolution du secteur des industries de transformation, le HCP relève qu’il a pâti notamment du ralentissement de l’activité de l’agroalimentaire (1% au lieu de 4,5%), des industries chimiques (2% contre 2,8%) et de la quasi-stabilité des industries du textile et de l’habillement.Les autres activités industrielles ont, par contre, amélioré leur contribution à la croissance du secteur en réalisant une augmentation de 4,3% au lieu de 2,3%. Globalement, ajoute-t-on, la croissance du secteur des industries de transformation n’a pas dépassé 2,6% en 2005 au lieu de 3% en 2004. Le secteur du commerce, étroitement lié à l’offre des produits industriels et agricoles, a réalisé une croissance modeste estimée à 2,2% contre 5,7% l’année précédente.Quant aux activités agricoles, elles ont vu leur valeur ajoutée baisser de 17,7% contre une hausse de 1,9% une année plus tôt et ce, principalement en raison des conditions climatiques défavorables, entraînant une baisse sensible de la production végétale de 28,2%. Pour sa part, la production de l’élevage a enregistré une hausse de 2,1%, alors que celle de la pêche a affiché une hausse importante (45,4%) suite à l’expansion de la pêche hauturière.Globalement, le taux de croissance du PIB s’est chiffré en 2005 à 1,7%, souligne le HCP, rappelant que ce taux est appelé à être réexaminé selon le nouveau système de comptabilité nationale, base 1998, qui entrera en vigueur à partir de la fin de l’année 2006. Par ailleurs, le PIB a évolué de 3,1% en termes courants par rapport à 2004.La consommation finale intérieure privée, en tant que principale composante de la demande finale, n’a augmenté que de 3%, alors que la Formation brute du capital fixe (FBCF) a enregistré une croissance de 6,3%, suite notamment à la hausse de 15% enregistrée par les travaux publics. De leur côté, les importations et les exportations des biens et services ont affiché des évolutions positives respectivement de 15,2% et 13,1%.Le HCP note également que le revenu national brut disponible (RNBD) s’est amélioré, à son tour, de 4,5%. Son affectation fait apparaître que près de 74% de son montant a été utilisé pour acquérir des biens et services destinés à la consommation finale, alors que le reliquat a servi à la constitution de l’épargne qui a enregistré une hausse importante de 8,6%.L’ensemble des opérations économiques effectuées avec le reste du monde a dégagé pour la 5e année consécutive un solde positif correspondant à une capacité de financement de l’économie nationale de 11,1 milliards de DH en 2005 contre 8,5 milliards de DH en 2004.A. E.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc