×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Rapport 2000 du PNUD: «L'éradication de la pauvreté est un défi central pour les droits de l'Homme au XXIè siècle«

Par L'Economiste | Edition N°:800 Le 30/06/2000 | Partager

. En 1999, les 582 millions de pauvres dans le monde se sont partagé 146 milliards de Dollars, tandis que les 200 personnes les plus riches accumulaient une fortune de 1.000 milliards de Dollars. . Le Canada toujours en tête de liste selon l'Indicateur de Développement Humain (IDH) Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) a publié hier jeudi son rapport mondial sur le développement humain 2000. Il y a souligné une marginalisation des pays et des individus pauvres du fait «d'inégalités de revenus sans précédent à l'échelle planétaire«. En 1820, le rapport du revenu du pays le plus riche avec celui du plus pauvre était de 3 à 1. En 1999, les 48 pays les plus pauvres, et leurs 582 millions d'habitants, se sont partagé 146 milliards de Dollars pendant que les 200 personnes les plus riches du monde accumulaient une fortune de 1.000 milliards de Dollars. L'éradication de la pauvreté est un défi central pour les droits de l'Homme au XXIème siècle, affirme le PNUD: la planète compte encore 1,2 milliard de pauvres qui vivent avec moins d'un Dollar par jour. Plus de 30.000 enfants meurent chaque jour pour des raisons qui auraient pu être évitées et 780 millions de personnes souffrent de la faim, dont 8 millions dans les pays industrialisés. Les inégalités sont fortes de région à région: fin 1999, près de 34 millions de personnes étaient infectées par le virus du sida dont 23 millions en Afrique subsaharienne. Enfin, en 1998 150 millions de travailleurs dans le monde étaient privés d'emploi et 250 millions d'enfants contraints de travailler dans les pays en développement. Certes, les progrès en termes de conditions de vie ont été considérables: entre 1970 et 1999, l'espérance de vie dans les pays en développement a progressé de 55 à 65 ans (contre 75 ans dans les pays industrialisés) et le pourcentage de la population rurale ayant accès à l'eau potable est passé de 13 à 71%, laissant encore un milliard de personnes qui n'y ont pas accès. Les pays en développement ont besoin de 80 milliards de Dollars supplémentaires par an pour assurer tous les services de base. L'ONU leur recommande d'affecter 20% de leur budget aux besoins élémentaires, mais ce taux ne dépasse pas 14% en moyenne. Seulement 8,3% de l'aide des donateurs bilatéraux va à ces services. Pour lutter contre la pauvreté, le PNUD préconise une «démocratie intégratrice« qui protège les minorités, assure la séparation des pouvoirs, avec une société civile ouverte et des médias indépendants. L'Etat doit rendre des comptes aux citoyens, à l'abri du «pouvoir corrupteur de l'argent«. Selon l'Indicateur du Développement Humain (IDH), mis au point par le PNUD, qui prend en compte d'autres variables que le seul revenu, le Canada figure toujours en tête de liste et la Sierra Leone en lanterne rouge. Estimé pour 174 pays du globe, cet indicateur, rappelons-le, évalue les progrès réalisés par les différents Etats sur le plan du développement, en prenant en compte l'espérance de vie à la naissance, le taux d'alphabétisation des adultes, le taux de scolarisation et le PIB par habitant. Dans le classement général IDH, pour la septième année consécutive, le Canada occupe la première place, suivi de la Norvège, des Etats-Unis, de l'Australie et de l'Islande. La France arrive en 12ème position, derrière le Japon, le Royaume-Uni et la Finlande et juste devant la Suisse et l'Allemagne. La Russie est classée dans les pays de développement moyen au 62ème rang. En outre, 29 des 35 pays catalogués dans la catégorie des moins développés sont des pays d'Afrique subsaharienne. La Sierra Leone (où l'espérance de vie à la naissance n'excède pas 37,9 ans) arrive en queue après l'Ethiopie, le Burkina Faso et le Niger. W.S.(AFP)

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc