×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

RAM/pilotes: La crise de confiance est totale

Par L'Economiste | Edition N°:2861 Le 16/09/2008 | Partager

. L’AMPL sur le point d’intenter une action en justiceUn conflit cyclique et interminable et absence de confiance. C’est le moins qu’on puisse dire du conflit opposant la direction de RAM à ses pilotes. «C’est fatigant, mais nous sommes confrontés à une direction qui ne prend pas au sérieux nos revendications», note Najib Al Ibrahimi, membre du bureau de l’Association marocaine des pilotes de ligne (AMPL). Dernier rebondissement, la réaction de l’association des pilotes au dernier communiqué de RAM du 9 septembre.«Alors que nous pensions avoir réalisé une avancée lors de la dernière réunion concernant les mutations des pilotes dans la mesure où il y a eu une proposition chiffrable, nous avons été surpris par la réaction de la direction qui nous accuse de tentative de boycott de l’établissement et de la transmission électronique des données de vol», se plaint Al Ibrahimi. Ce système appelé ACARS (Aircraft communication addressing and reporting system) est un procédé de communications codées entre un aéronef et une station au sol. Parmi ses fonctionnalités figure la traçabilité des heures de vols permettant le calcul des paies. Et c’est cet élément qui est contesté par les pilotes. «D’abord, c’est un système, qui pour son établissement, doit faire l’objet d’un accord avec les pilotes à l’instar des autres compagnies aériennes, chose qui n’a pas été faite», souligne Al Ibrahimi. Mais ceci ne figurait pas dans la liste des revendications jusqu’à ce qu’un incident arrive. Le système a été défaillant et a engendré des retards de paiement des salaires pour le mois d’août.Autre volet de discorde. La non-application des limites d’heures de vols instaurées par l’OACI. L’AMPL affirme avoir constaté que des pilotes effectuaient plus de 105 heures par mois tolérées par la réglementation internationale et aurait avisé la direction. Cette dernière rétorque en affirmant que les normes de l’OACI ne mentionnent aucune norme chiffrée des limites de temps de vol et des périodes de repos. Elle laisse le soin aux Etats de les définir. Selon le management de la compagnie, la planification des rotations et l’organisation du travail des pilotes sont «établies sur la base de la réglementation très rigoureuse en vigueur dans le secteur du transport aérien». «Les vols sont programmés en respectant largement les exigences réglementaires et sont en deçà des maximums autorisés», affirme la direction. Dans cette même rubrique, il sera question de mettre en application, à partir du premier novembre, un nouveau projet de réglementation. Ce texte s’inspire des critères adoptés par l’UE. «Cette nouvelle réglementation a été rejetée par les pilotes européens», déclare Al Ibrahimi.Dans ce sillage de programmation des vols, les pilotes contestent les affectations «surprises». «Des pilotes ayant refusé cette pratique ont été sanctionnés. Une quarantaine de cas ont été enregistrés jusqu’à présent entre avertissement, blâme…», affirme Al Ibrahimi. L’AMPL serait sur le point d’intenter une action en justice contre la direction. Cette dernière estime que les sanctions qu’elle est amenée à prendre sont prononcées dans le cadre des lois et règlements en vigueur.


Pas de sanctions pour absentéisme

L’enquête engagée par la direction de RAM suite à l’absentéisme d’une dizaine de pilotes le 3 juillet dernier «cf. www.leconomiste.com» n’a rien donné. Et de ce fait la direction ne prendra pas des sanctions contre ces pilotes. Selon elle, il lui est difficile de remettre en cause des certificats de maladie ou des diagnostics établis par des praticiens. Elle affirme également que les maladies constatées n’avaient aucun lien avec l’activité des pilotes concernés ou leur cadence de travail (ex.: soins dentaires).Jalal BAAZI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc