×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Crise financière: Les dominos s’effondrent

Par L'Economiste | Edition N°:2861 Le 16/09/2008 | Partager

. Lehman ruiné, Merrill avalé . Création d’un fonds anti-faillite par 10 grandes banques La banque d’affaires Lehman Brothers n’aura pas résisté à la crise des subprimes. Avec l’annonce de sa faillite, le rachat de Merrill Lynch par Bank of America et le sauvetage du secteur bancaire par la Réserve fédérale, la finance américaine est plus que jamais engluée dans la crise, les dominos s’effondrant les uns après les autres. Lehman Brothers, qui a encore enregistré une lourde perte de 3,9 milliards de dollars au 3e trimestre, n’a finalement pas eu d’autre échappatoire que d’annoncer son intention de se placer sous la protection de la loi sur les faillites, l’équivalent du règlement judiciaire. En un an, son action a été divisée par plus de 16 et sa capitalisation s’est effondrée à 2,49 milliards de dollars. Après avoir déboursé 29 milliards de dollars pour assurer le rachat en urgence de Bear Stearns et s’être engagé jusqu’à 200 milliards la semaine dernière pour maintenir sur pied Fannie Mae et Freddie Mac, le gouvernement américain a décidé cette fois de ne pas mettre la main au portefeuille. Sans garantie de l’Etat, les éventuels acheteurs, notamment Barclays, ont tous passé leur tour. Egalement évoquée, Bank of America (BofA) a préféré mettre la main sur sa concurrente Merrill Lynch pour 50 milliards de dollars. A eux deux, ils vont former la plus grosse banque mondiale. BofA sert plus de 59 millions de clients privés et de petites entreprises aux E-U, avec plus de 6.100 agences et 18.500 distributeurs automatiques. La banque est présente dans 150 pays et travaille aux côtés de 99% des 500 entreprises américaines les plus riches et 83% des 500 entreprises les plus riches du monde, selon les classements établis par le magazine Fortune. Merrill Lynch est la 3e banque d’affaires de Wall Street, derrière Goldman Sachs et Morgan Stanley, mais devant Lehman Brothers, et l’ex-Bear Stearns, désormais intégrée au groupe JPMorgan Chase. «A posteriori, une fois l’orage passé, cette recomposition du secteur financier pourrait être perçue comme un début de guérison et marquer la fin de l’aléa moral qui pesait sur le secteur», estiment les analystes de CM-CIC Securities.Pour tenter de freiner la débâcle financière, la Réserve fédérale a décidé dimanche dernier des mesures techniques, en acceptant des titres bancaires risqués et difficilement vendables en échange de cash pour les banques en difficultés. A cela s’ajoute une action coordonnée de 10 grandes banques, qui ont mis en place un fonds de 70 milliards de dollars dans lequel elles pourront puiser si elles risquaient de se retrouver à court de liquidités. Les participants à ce fonds «anti-faillite» sont les américaines Bank of America, Citibank, Goldman Sachs, JPMorgan Chase, Merrill Lynch, Morgan Stanley, la britannique Barclays, l’allemande Deutsche Bank et les suisses Crédit Suisse et UBS. La taille de ce fonds devrait être amené à croître dans la mesure où d’autres banques sont invitées à le rejoindre. Les dix établissements s’engagent par ailleurs à augmenter au maximum la liquidité des marchés et à faciliter un dénouement des positions de la banque d’affaires Lehman Brothers sur le marché non régulé des dérivés de crédit. Elles affirment également qu’elles vont avoir recours dès cette semaine aux facilités de refinancement de la Réserve Fédérale, jusqu’ici assez peu utilisées car y avoir recours était perçu comme un signe de faiblesse par le marché. Quand suffisamment de dominos seront tombés et que les pratiques financières se seront assainies, alors seulement la crise du crédit se résoudra et l’économie aura une impulsion convenable pour se redresser, jugent les analystes. Bruxelles reste «confiante» malgré la crise. «Elle se montre confiante quant à une bonne coordination et une solution entre les banques centrales, les régulateurs et le secteur privé concerné», a expliqué le porte-parole de la Commission européenne Johannes Laitenberger. La BCE a injecté lundi 30 milliards d’euros sur le marché monétaire de la zone euro, afin d’apaiser les tensions. Entre temps, les différentes bourses dégringolent. Celles du Golfe étaient en forte baisse lundi, les cours perdant jusqu’à près de 7%. La Bourse de Londres cédait plus de 5% à la mi-journée, celle de Francfort perdait, quant à elle, plus de 4%.


Fonte de la capitalisation

Les activités de la banque américaine sont divisées en trois branches: les marchés financiers, la banque d’investissement et la gestion d’actifs, avec notamment sa filiale Neuberger Berman. Celle-ci n’est pas concernée par la mise en faillite. Au 3e trimestre, Lehman a enregistré 3,9 milliards de dollars de pertes nettes, à comparer au bénéfice «record» de 4,2 milliards de dollars affiché sur l’ensemble de l’année 2007. Depuis le début de la crise du «subprime», la banque a dû déprécier dans ses comptes pour 13,8 milliards de dollars d’actifs. Pertes et rumeurs de faillite ont sabré son cours en Bourse, divisé par plus de 7 depuis le début de l’année et presque par 10 depuis le début de la crise bancaire sur les marchés à l’été 2007. Sa capitalisation a fondu de 85% en un an et ne dépasse pas 5,5 milliards de dollars. Cela fait de Lehman la plus petite des banques d’investissement de Wall Street, derrière Goldman Sachs, Morgan Stanley et Merrill Lynch qui va être rachetée par Bank of America. La banque américaine existe depuis 158 ans. Lehman avait jusqu’à maintenant bonne réputation sur la place new-yorkaise. Il y a un an, le magazine «Fortune» lui avait décerné le prix de la banque d’investissement la plus admirée des USA. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc