×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Politique Internationale

    Quand des femmes tracent la voie aux femmes...

    Par L'Economiste | Edition N°:443 Le 15/02/1999 | Partager

    La présence de la femme arabe dans les postes de responsabilité n'est pas encore acquise. La première réunion du groupe consultatif sur la femme organisée par le PNUD a réitéré des ambitions "féministes" bien anciennes.

    Le résultat de la première réunion du Bureau Régional du PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement) pour les Etat Arabes sur "la femme et la prises de décision" a été encourageant. Venues de plusieurs pays arabes, les participantes ont souligné la nécessité d'un engagement clair de la part des différents Etats pour accorder à la question féminine son importance et favoriser l'accès de la femme aux postes de décisions.
    Une précision est cependant à souligner: Le sujet de la réunion ne se veut pas restrictif. La prise de décision n'est pas cantonnée dans le domaine politique, mais s'étend aussi à l'économique, le social et le culturel.
    Pendant les deux jours de débats, les participants ont mis en exergue les expériences respectives de leurs pays, l'état des institutions existantes et les ambitions de leurs concitoyennes en matière d'accès aux postes de responsabilité.

    Révision de la Moudouana


    A l'issue des séances de travail, les participants ont déterminé plusieurs axes d'actions, jugés prioritaires.
    En premier lieu, vient la création d'un centre de formation des femmes à la prise de décision. Cependant, précise Mme May Kahal, participante du Liban, le centre ne sera pas érigé en une nouvelle institution. "Nous comptons exploiter l'expérience des différents centres nationaux, réservés à la question de la femme, et leur assigner cette nouvelle fonction". Pour suivre les réalisés, les conférenciers ont également annoncé la création d'un observatoire pour la femme arabe dont le rôle sera de compiler toutes les informations et les statistiques relatives à cette question.
    Un autre point, non moins important, souligné lors de ces journées, est la révision des clauses relatives aux femmes figurants dans le droit civil de ces pays. Ces dispositions sont généralement jugées discriminatoires. "Ces mesures instaurent de grandes inégalités entre les deux sexes et freinent les ambitions des femmes d'accéder à des postes de décision".
    D'un autre côté, les participants ont insisté sur l'urgence d'une révision des manuels scolaires. "Ces supports pédagogiques véhiculent malheureusement une image traditionnelle de la femme". Il est à rappeler que le Ministère marocain des Droits de l'Homme et l'Association Marocaine des Droits Humains, en partenariat avec le Ministère de l'Education Nationale, se sont engagés "à éliminer" l'ensemble des citations discriminatoires figurants sur les manuels scolaires.
    L'intervention constructive des médias a aussi été largement sollicitée. "Ce changement ne pourrait intervenir sans une forte implication de ces organes. Les supports médiatiques sont appelés à ne plus se limiter au stade informatif et à jouer un rôle participatif", souligne toujours Mme May Kahal. Reste que cette participation est délicate. Dans certains pays arabes, la liberté d'expression de la presse n'est pas largement acquise. "Reste que les développements technologiques minimisent de plus en plus ce contrôle. Le foisonnement des chaînes satellitaires et le développement de l'Internet ont fait que cette liberté est de plus en plus inéluctable".
    Du côté marocain, le Secrétariat d'Etat chargé de la Protection Sociale, de la Femme et de l'Enfance, et en préparation de sa participation au Plan quinquennal 1999/2003, mène des réflexions sur la promotion économique, sociale et juridico-politique de la femme. Parmi les grands chantiers déjà annoncés par ce département, la révision de la Moudouana et la mise en oeuvre d'une stratégie nationale favorisant l'accès de la femme aux postes de responsabilité.


    Agenda chargé pour le PNUD


    La ville de Marrakech abritera, du 16 au 22 mars prochains, des journées de travail du Bureau arabe du PNUD avec la participation, en plus de l'administrateur de cette institution, des représentants régionaux de l'Organisation qui sont au nombre de 17. Le thème principal de ces journées sera "le partenariat". D'ailleurs, la journée du 22 mars sera célébrée comme une journée de partenariat avec la participation de la Commission Economique des Nations Unies pour l'Afrique et celle de l'Asie Occidentale. Ces séances de travail, qui connaîtront la participation de différentes composantes de la société civile, seront réservées à l'examen de la mission évolutive du PNUD.
    Le calendrier reste chargé, puisque le lendemain même de ces travaux débutera, et jusqu'au 25 mars, la réunion conjointe de la Commission Economique des Nations Unies pour l'Afrique et du PNUD. L'objectif est de dresser un bilan des réalisations, depuis le Sommet de Copenhague en 1995, en matière de lutte contre la pauvreté dans les régions du Machrek et du Maghreb.

    Nadia LAMLILI & Aniss MAGHRI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc