×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Qualité: Un manuel simple

Par L'Economiste | Edition N°:327 Le 23/04/1998 | Partager

L'ouvrage de Moulay Abdallah Amadour vient tout juste de sortir des presses, mais il va être un phénomène de librairie. Il s'arrache parce qu'il est le plus simple et le plus pratique des manuels publiés sur ce thème. Le lecteur peut s'en servir comme un cahier de suivi pour sa propre stratégie-qualité et écrire ses remarques personnelles en face de chaque action décrite. Le lecteur peut aussi refaire pour son atelier, ses bureaux ou son usine la comptabilité simple des coûts de la non-qualité et des économies réalisées grâce à ses propres actions. L'ouvrage donne en outre des trucs et méthodes pour élever la mobilisation de tous autour de l'action-qualité, y compris et surtout dans le dialogue entre ouvriers et encadrement intermédiaire.

Le côté pratique est fortement ancré dans les habitudes marocaines, au lieu d'être, comme souvent dans ce type de manuels, une simple reproduction de ce qui se fait ailleurs. M. Amadour est "M. Qualité" au Ministère du Commerce et de l'Industrie depuis que ce programme a été lancé il y a bientôt dix ans. L'originalité du programme était des interventions en entreprises faites à la demande des entreprises elles-mêmes. Ces séjours sont la clef de l'approche pratique de l'ouvrage, puisque c'est là que M. Amadour a eu d'abord à acclimater les démarches qualités universelles, telles que les ont produites des sociétés industrielles comme le Japon. Ensuite, au delà de l'acclimation, il a eu à les affiner en fonction des réactions et des potentiels propres à la culture marocaine tels qu'il les a vécu en entreprise.
"Les Japonais disent que puisqu'ils sont 120 millions, il y a 120 millions de petites valeurs ajoutées à additionner, chaque jour, en plus du PIB, pourquoi ne dirions-nous pas au Maroc que nous allons ajouter aussi 27 millions de petites valeurs ajoutées, tous les jours, à notre PIB?", dit M. Amadour "Ce ne serait pas mal du tout quand on est obligé d'entrer vite dans la globalisation, où les prix ne sont pas fonction de nos propres coûts, mais du marché international".

Nadia SALAH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc