×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Affaires

    Protenia: L’incroyable aventure des biotechnologies

    Par L'Economiste | Edition N°:2479 Le 07/03/2007 | Partager

    . Une entreprise qui fait le pari des protéines «low-cost». Un capital de 16 millions de DH. Déjà des marchés à l’export! C’est incontestablement le genre d’entreprises dont le Maroc peut être fier. Celles qui investissent des domaines reservés jusque-là aux nations développées et où l’on parle haute technologie, brevets, recherche... Protenia, c’est son nom, est implantée dans ce qui est communément appelé aujourd’hui le complexe de compétence triangulaire, qui regroupe les trois universités d’Ifrane, Fès et Meknès. Ce centre devrait être opérationnel d’ici peu. Protenia est ainsi la première société de recherche qui fonctionne au sein de l’université Al Akhawayn, partenaire très actif de ce que l’on n’hésite pas à qualifier de future Silicon Valley marocaine (cf.www.leconomiste.com)Au départ, Protenia devait être construite dans la zone industrielle de Bouskoura (cf.www.leconomiste.com). Ses promoteurs, Hakim Kharrat, et son associé, Abdeslam Choua, ont finalement choisi Ifrane, de par sa proximité avec les universités. Société anonyme, Protenia dont le capital est de 16 millions de DH, réunit dans son tour de table ses promoteurs, l’université Al Akhawayn, le fonds d’amorçage Sindibad et la Caisse de dépôt et de gestion (CDG). La société cible le marché des USA et travaille déjà sur son premier contrat de production. Elle fournira aussi l’industrie agroalimentaire marocaine en protéines et enzymes nécessaires à la fabrication de nombreux produits. Parallèlement, Protenia a pour ambition de créer une plateforme technologique pour la production à façon et à haut débit des protéines recombinantes, des enzymes et des anticorps pour la recherche, le diagnostic, la pharmacie et l’agroalimentaire. Un domaine que les initiateurs du projet Kharrat et Choua maîtrisent parfaitement, puisque tous deux ont fondé MilleGen, sise au sein de la pépinière d’entreprises Prologue Biotech de Labège, dans la région de Toulouse (France), et qui est une des plus importantes unités de production spécialisées dans le système de mutagenèse aléatoire et les systèmes de criblage permettant d’identifier de nouvelles cibles thérapeutiques. MilleGen a déposé 7 brevets depuis sa création en 1999 et est en phase de conclure un contrat avec les laboratoires LFB, laboratoires français du fractionnement et des biotechnologies et qui sont les premiers producteurs de protéines dérivées. Pour Kharrat, l’idée de créer une société en biotech au Maroc répondait au souci de produire des protéines à forte valeur ajoutée et à coût modéré. En voulant installer ses laboratoires, Millegen s’est heurté justement à l’absence d’ingénierie spécialisée et de compétence. D’où son association au projet de plateforme de compétence d’Ifrane. Ainsi, dans le programme, sont prévues des tournées dans les différentes universités pour  dénicher les compétences . Prochaine étape, la mise en place des laboratoires aux normes GMP (Good Manufacturing Product) pour la biologie moléculaire, la production des protéines et leur purification, la bactériologie, la biologie cellulaire et la biochimie.«Il est temps pour le Maroc d’aller vers des technologies de pointe et à haute valeur ajoutée», commente Kharrat. Et comment! Le marché des protéines thérapeutiques recombinantes se porte très bien. Le prix de la protéine coûte 1.000 fois le prix du gramme d’or! Badra BERRISSOULE

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc