×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Projet du bipôle Fès-Meknès: Dépoussiérage ou coup d’envoi?

Par L'Economiste | Edition N°:2803 Le 20/06/2008 | Partager

. La volonté politique réaffirmée. Transport, tourisme, recherche,… les priorités PLUS d’un an et demi après leur première rencontre à Meknès, les walis des régions de Fès-Boulemane et Meknès-Tafilalet se sont réunis, mercredi dernier, à Fès. Les deux responsables ont convié à leur assemblée, en plus des présidents du corps élu, les gouverneurs des provinces et plusieurs chefs de services externes. De nombreux observateurs estiment que ce 2nd round d’échanges devrait donner un nouveau souffle au projet du bipôle Fès-Meknès. En effet, cette fois-ci, tout laisse croire que le projet de mise en œuvre de l’aire métropolitaine des deux régions est sur de bons rails. Son plan d’action se décline en sept secteurs prioritaires. Selon Az El Arabe Inani, chargé de l’inspection régionale de Fès-Boulemane au ministère de l’Aménagement du territoire, il s’agit notamment de la création d’une grande zone industrielle et logistique d’envergure nationale, le développement de l’activité touristique, le soutien des industries traditionnelles de l’aire métropolitaine, et l’amélioration de la desserte routière et les moyens de transport entre le bipôle et les autres régions. Pour ce dernier volet, le projet d’une autoroute reliant Fès-Meknès et le port Tanger Med est vivement sollicité. Cette autoroute constituera une ouverture sur la Méditerranée. Pour les investisseurs, ce projet répond à un besoin de visibilité pour faire face aux changements et réadaptations qu’impose le développement économique et social du pays.Pour l’entreprise, ce besoin concerne aussi bien le volume des investissements que leur qualité. Histoire d’asseoir la gouvernance sur de bonnes bases, notamment en ce qui concerne, les méthodes du management et l’intégration technologique. A ce titre, le lancement tout récemment de l’étude Fès-shore est un premier pas qui favorisera certainement l’investissement dans le Saïss.Le développement des deux villes se fera aussi avec le renforcement des lignes aériennes et l’adoption d’une vision commune. L’investissement dans des projets porteurs de richesses et dans l’économie du savoir est préconisé. Par ailleurs, les universités de Fès, d’Ifrane et de Meknès ont déjà mis en place des stratégies pour appuyer la collaboration dans le domaine de la recherche scientifique, le e-gov, la création de pôles d’excellence… Elles travaillent également sur les moyens à même d’adapter leur formation aux besoins du marché de l’emploi.Par ailleurs, le comité de pilotage du bipôle estime que la sauvegarde du patrimoine universel des médinas de Fès et Meknès serait d’un grand apport. Ceci notamment pour bénéficier de l’expérience des deux cités millénaires en matière de réhabilitation et de restauration des sites historiques. L’élaboration d’un instrument commun de promotion économique et de marketing territorial est également prévue. Cet instrument se fera en concertation avec les deux conseils régionaux du tourisme (CRT). Ainsi, le produit touristique (culturel, arrière-pays…) fera l’objet d’une promotion commune pour Fès et Meknès. Convaincus que ces deux sœurs jumelles ne peuvent être fortes économiquement qu’en se liant davantage l’une à l’autre, les responsables des deux villes disent avoir posé les jalons d’un partenariat solide qui s’inscrit dans une stratégie nationale. «Notre alliance peut ainsi relever le défi de la concurrence et la mondialisation», indique Mohamed Rherrabi, wali de Fès. Même son de cloche auprès de son homologue, Hassan Aourid, pour qui le rapprochement entre les deux villes est en lui-même une approche de développement pour le centre du Royaume. Le wali de Meknès, tel un historien, a rappelé le passé glorieux de la capitale spirituelle qui fête ses 12 siècles. Il a aussi appelé à ne ménager aucun effort pour s’inscrire dans la concrétisation de l’autonomie d’initiative et de décision, comme levier de renforcement de la politique de décentralisation. En tout cas, de l’avis des opérateurs, la rencontre de Fès a sorti le projet du bipôle de la léthargie dans laquelle il sombrait. Rappelons que l’étude métropolitaine de ce projet a été lancée en 2000 à l’initiative du ministère de l’Aménagement du territoire. Aujourd’hui, le binôme Fès-Meknès constitue une plateforme pour dynamiser une partie de ses activités centrales (formation, innovation, services et fonction financière) et développer des activités motrices. Le tout dans l’objectif de faciliter l’intégration des marchés des deux villes pour les activités spécialisées. Enfin, les deux villes devraient bénéficier des avantages qu’offrent Casablanca et Tanger. L’effort doit porter également sur la création ou la localisation des filières qui mettent en association les investisseurs privés et publics (conception de produits nouveaux, contrôle de qualité, labellisation, etc.). Association qui doit contribuer, en principe, à rendre les secteurs plus autonomes et plus performants par rapport à la concurrence tant nationale qu’internationale. «Le développement des deux villes se fera aussi avec le renforcement des lignes aériennes et l’adoption d’une vision commune. L’investissement dans des projets porteurs de richesses et dans l’économie du savoir est préconisé«De notre correspondant, Youness SAAD ALAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc