×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Fès-Université
Les besoins de l’emploi en priorité

Par L'Economiste | Edition N°:2803 Le 20/06/2008 | Partager

. Toutes les filiales adaptées au marché du travail . 1.031 enseignants pour encadrer 49.000 étudiants L’Université Sidi Mohamed Ben Abdellah de Fès est l’une des plus grandes institutions du Royaume. Elle comprend l’ensemble des trois grands champs disciplinaires d’enseignement supérieur et de recherche. Celui des sciences et techniques avec cinq établissements: un à accès ouvert, à savoir la Faculté des sciences, et quatre à accès régulé, en l’occurrence l’Ecole supérieure de technologie (EST), la Faculté des sciences et techniques (FST), la Faculté de médecine et de pharmacie ainsi que l’Ecole nationale des sciences appliquées et l’Institut national des plantes médicinales et aromatiques. Il y a aussi la Faculté des lettres, sciences humaines et arts avec deux établissements. Ceci, sans oublier, la Faculté polydisciplinaire de Taza. «Notre université accueille chaque année de nombreux étudiants des régions de Fès-Boulemane et une partie de la région de Taza-Taounat-Al Hoceïma ainsi qu’en  provenance de beaucoup de pays amis de par le monde», indique Taoufik Ouazzani Chahdi, président de l’université. Selon lui, le nombre total d’étudiants inscrits à l’université est d’à peu près 49.000 répartis entre trois sites (celui de Dhar el Mehraz de Fès avec 66% des étudiants, de Saïss avec 23% et de Taza avec 10% d’inscrits). Cet effectif est encadré par 1.031 enseignants-chercheurs et 787 administratifs. Avec des formations de bac+2 à bac+5, l’université se repositionne pour se rapprocher du marché de l’emploi. Elle offre 153 filières de formations conduisant à un diplôme national et couvrant l’ensemble des trois grands champs disciplinaires, depuis le diplôme universitaire de technologie (DUT: bac+2) jusqu’au Master (bac+5).Sur les 153 filières de formation qu’offre l’université, 30% sont à caractère sélectif et concernent le champ des sciences et techniques. Ces filières accueillent chaque année plus de 8% des étudiants inscrits. Le reste des filières de formation est réparti entre les cinq établissements à accès ouvert. A noter que sur les 153 filières de formation 60 sont à caractère technique ou professionnalisant. Par ailleurs, en vue de répondre aux besoins spécifiques des programmes de développement économique et social nationaux (INDH, Emergence, e-Maroc…) l’université s’est engagée avec l’Etat dans plusieurs programmes contractuels nationaux de formation. Ainsi, pour le programme offshoring, à titre d’exemple, l’Université de Fès forme des ressources humaines pour le projet «Casanearshore Park». Régie par une convention de partenariat avec l’Etat, cette formation prend appui sur le besoin d’élever le niveau en encadrement technique supérieur de qualité. Elle répond également à la volonté du gouvernement de démarrer la mise en œuvre du programme de formation dans les différentes universités de cadres supérieurs pour les métiers de l’offshoring (6.241 au total), et la mise en œuvre de la réforme de l’enseignement supérieur. Réforme qui confère à l’université de Fès la formation de 545 lauréats à l’horizon 2010. Dans le cadre du programme national «10.000 ingénieurs», l’Université Sidi Mohamed Ben Abdellah s’est engagée à en assurer 1.798 diplômés. Selon ces mêmes approches, et pour répondre aux besoins en travailleurs sociaux,  l’université a créé six filières/profils de formation: animateur socioculturel, assistant social, médiateur social, éducateur spécialisé, agent de développement social, et agent gestionnaire des institutions à caractère social. Quelque 710 étudiants profitent actuellement de cette «stratégie de formation aux métiers du travail social».


3.300 médecins à l’horizon 2020

L'université et tout particulièrement sa faculté de médecine et pharmacie participe également à l’initiative de formation de 3.300 médecins par an à l’horizon 2020.  «Cette convention s’inscrit dans le cadre de l’action gouvernementale visant à pallier le manque de hautes compétences professionnelles dans les domaines économique et social», indique Ouazzani Chahdi. Elle s’assigne pour objectif de porter de 900 à 3.300 le nombre de médecins formés annuellement, d’améliorer l’indice de la densité médicale de 5,1 à 10 médecins pour 10.000 habitants à l’horizon 2020 et de garantir une meilleure distribution des prestations médicales à travers le territoire national. Ainsi, la Faculté de médecine et pharmacie de Fès devra faire passer progressivement l’effectif de ses nouveaux inscrits de 170 en 2007, à 400 en 2010. Cet effectif a connu, pour l’année universitaire en cours, une augmentation de près de 50%. En contrepartie, la faculté devra bénéficier de moyens humains et financiers lui permettant d’aménager et étendre ses locaux pédagogiques et administratifs, renouveler ses équipements de laboratoires pour l’enseignement fondamental, et améliorer son encadrement clinique.Youness SAAD ALAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc