×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Prix L’Economiste pour la recherche
    Alaoui Mdaghri: Le vrai bilan, dans dix ans

    Par L'Economiste | Edition N°:2697 Le 22/01/2008 | Partager

    C’est une reconnaissance, une distinction. C’est ainsi que le prix de L’Economiste est perçu par bon nombre de chercheurs. Pour cette troisième édition, dont les lauréats seront annoncés demain mercredi 23 janvier, les candidatures ont été nombreuses. Ce qui démontre l’intérêt grandissant des chercheurs pour ce prix. Président du jury, le professeur Driss Alaoui Mdaghri conseille aux chercheurs d’aller vers plus d’originalité et de travail de terrain. - L’Economiste: Quel bilan faites-vous de l’expérience du prix de L’Economiste ?Driss Alaoui Mdaghri: Très encourageant... La recherche se prouve par la multiplication des occasions de la faire connaître tout comme le mouvement se prouve en marchant. L’Economiste est en train de contribuer de façon significative à cette connaissance. En la matière, le court terme et le long terme à propos desquels les économistes aiment spéculer, sont d’égal intérêt. Il faut se projeter dans une dizaine ou une quinzaine d’années pour mesurer la portée de l’initiative quand le Prix de L’Economiste sera devenu, ce dont je ne doute pas, une vraie référence au Maroc dans le domaine de la recherche en économie et en gestion. - En quoi a-t-il été un élément catalyseur pour la recherche en économie et en gestion?- Après trois années d’existence, le Prix commence à être perçu comme une distinction et une reconnaissance par les chercheurs de bon nombre d’établissements d’enseignement supérieur. On peut dire qu’il est à même de jouer ainsi potentiellement un rôle de catalyseur. Mais, cela se construit avec le temps.- Avec le recul, comment a évolué la qualité et les centres d’intérêt des thèmes qui sont soumis au jury?- Dans le bon sens. Mais on est encore loin du compte. Je trouve, pour ma part, qu’il y a trop de travaux qui constituent des résumés plus ou moins heureux de la littérature du domaine. Même ceux qui sont relativement originaux se croient obligés de faire cette revue de la production dite scientifique au risque de répéter, souvent mal, des écrits mal digérés. On aimerait avoir affaire à plus d’originalité.- Quels sont les travaux auxquels le jury accorde le plus d’importance?- Les travaux de terrain. Si on a l’esprit de la recherche à l’échelle mondiale et vu le nombre d’établissements qui produisent des recherches et celui des étudiants universitaires de tous niveaux qui en font à cette échelle, il est clair que l’apport le plus utile est celui qui permet une meilleure appréhension des problèmes et enjeux de notre environnement immédiat. Mais qui dit terrain dit un véritable travail de fourmi et de détective à la fois consistant à éclairer la réalité de notre vécu et à identifier ce qui fait sens selon les sujets choisis. - Combien de candidatures vous ont été soumises pour cette troisième édition? Qu’est-ce que cela démontre?- Huit thèses, trente et une mémoires de master et neuf mémoires de licence. Ce n’est pas mal. Cela montre un intérêt grandissant de la part des chercheurs.- Quels sont les éventuels ajustements à apporter à ce prix?- Au risque de bousculer mes amis de L’Economiste, qui fait déjà tant, je suggère d’en augmenter les montants au fil des ans et de créer une ou deux catégories nouvelles: le Prix du meilleur travail publié par une maison d’édition marocaine ou à compte d’auteur. - Existe-t-il un suivi des lauréats des éditions précédentes?- Je ne peux pas dire que le jury que j’ai l’honneur de présider le fait. Mais, je profite de votre question pour suggérer d’organiser dans un ou deux ans une rencontre avec tous les lauréats et les nominés des différentes éditions pour une journée d’étude sur la recherche en économie et gestion. - Si vous devriez suggérer une recommandation aux postulants, quelle serait-elle?- Veillez à choisir un thème qui vous intéresse à titre personnel, allez sur le terrain véritablement, soignez la facture formelle de votre travail en le lisant et en le faisant relire jusqu’à ce qu’il soit «clean».Propos recueillis par Khadija MASMOUDI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc