×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Transport ferroviaire
    Cegelec: Boulimie au Maroc
    De notre envoyé spécial à Prague, Abdelaziz GHOUIBI

    Par L'Economiste | Edition N°:2697 Le 22/01/2008 | Partager

    . La filiale marocaine priorité de la stratégie à l’international . Objectif: 2,4 milliards de DH comme volume de commandesCEGELEC entend développer l’activité transport. Et la filiale marocaine est au centre de la nouvelle stratégie du groupe. C’est en substance le message adressé à Prague, mercredi 16 janvier, lors d’une journée organisée à l’intention de quelques organes de presse spécialisée, allemands et français notamment. Et L’Economiste était présent en tant que seul média extra-européen. «La rencontre, initiée par le département transport est la première du genre», reconnaît Charles Carlier, senior vice-président. Pourquoi maintenant? Et précisément en République de Tchéquie? «Tout d’abord, le transport est en pleine expansion et Cegelec a développé des services technologiques de pointe mais qu’elle ne place que par le biais de la sous-traitance», avoue Carlier. Alors que le groupe s’est forgé une expertise à toute épreuve. D’où l’ambition de figurer parmi le club des cinq leaders du transport ferroviaire. «Surtout, qu’ils font appel à nos produits et compétences», se targue Vlastimil Bryksi, directeur des projets à la filiale tchèque. L’atelier de Prague s’est, en effet, spécialisé dans des domaines aussi pointus que la transformation du courant alternatif en continu, la signalisation, l’électrification ou encore la construction et la livraison clés en main de sous-stations d’alimentation et de traction. En somme, «le groupe se distingue par des produits différenciés performants et compétitifs», se félicite Carlier. Au point qu’il s’est forgé une véritable spécialisation dans les métiers du rail, depuis la pose des systèmes d’alimentation et d’exploitation jusqu’à la réalisation clés en main de composants intégrés. «Autant d’atouts pour battre la concurrence», constate Pravomil Snopek, directeur marketing de la filiale tchèque. Pour preuve, il avance «le chiffre de 1.000 tramways rénovés dans 17 pays à travers le monde et 45 villes en Europe». Et ce n’est pas une mince performance. Car cela porte sur le cœur de ce type de matériel roulant comme les systèmes intégrés de traction, de reconversion du courant et de contrôle de sécurité. Sans oublier les multiples avantages qu’elle offre. La remise à neuf peut prolonger de 15 ans la durée de vie des tramways, alors que le coût de l’équipement Cegelec ne représente que le tiers du prix du matériel rénové. De plus, l’absence totale de contact mécanique fait que l’équipement fourni ne nécessite aucune intervention de maintenance et contribue de la sorte à une forte réduction de la consommation d’énergie estimée entre 30 et 40%. Au-delà, la performance de la filiale tchèque n’est mise en avant que pour justifier son appartenance à la cellule tripartite qui serait en charge de piloter la nouvelle stratégie de pénétration directe du marché du transport. Et les deux partenaires ne sont autres que Cegelec France et la filiale marocaine. Concrètement, la cellule sera constituée par une quarantaine d’ingénieurs français, rompus à la conception, une dizaine d’ingénieurs tchèques maîtrisant la construction de composants et systèmes intégrés et 15 ingénieurs marocains qui interviennent dans l’installation et la maintenance. En somme, trois pôles de compétences dont la mission est d’agir à l’international. D’ores et déjà, trois ingénieurs marocains suivent une formation «de chargé d’affaires» en France. Histoire d’avoir des profils de véritables gestionnaires de projets. Et, la filiale marocaine est tout disposée à relever le défi. Pour preuve, Charles Carlier cite les chiffres, au demeurant forts éloquents: 350 km de réseaux ferrés seront électrifiés d’ici fin 2008 par Cegelec Maroc sans oublier les 1.000 km de caténaires déjà installées. Les différents contrats signés entre 2006 et 2007, d’une valeur dépassant les 35 millions d’euros (420 millions de DH environ), incluent la livraison clés en main de cinq sous-stations ainsi que l’installation de caténaires. Or, le principe «clés en main» signifie que le fournisseur est responsable de toutes les étapes du projet, de la conception et la construction, jusqu’à la mise en exploitation des équipements. «C’est dire le degré de technicité et du savoir-faire atteint par la filiale marocaine», constate Carlier. Mais son expérience la prédestine aussi à se porter candidate à la réalisation de futurs grands projets en phase de lancement par le Maroc, confie le vice-président de Cegelec. A terme, le groupe ambitionne de réaliser un volume de commandes de l’ordre de 200 millions d’euros (environ 2,4 milliards de DH), rien que pour l’activité transport. Le tout à l’international. L’objectif est de se positionner sur un marché dont le groupe n’engrange qu’une centaine de millions d’euros pour un chiffre d’affaires global dépassant les 3 milliards.


    Déjà le jeu des alliances

    EN prélude au lancement de sa stratégie visant la pénétration directe du marché du transport ferroviaire, Cegelec compte se positionner dès à présent par le biais d’alliances à passer avec de grands opérateurs du secteur. La première association a été signée avec Heitkamp Rail pour des offres communes sur les grands projets européens. Sont ciblés en priorité, le projet d’extension du réseau grande vitesse en région Bretagne-Pays de la Loire ainsi que les voies du même type reliant les grandes villes portugaises entre elles et à l’Europe centrale via l’Espagne. Les deux associés présenteront aussi une offre conjointe concernant une nouvelle ligne de chemin de fer en Bulgarie.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc