×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Dossiers

    Primeurs: En quête de Programmation

    Par L'Economiste | Edition N°:300 Le 16/10/1997 | Partager

    L'endettement des agriculteurs inhibe le développement des exportations. L'ASPEM propose la programmation de la production afin d'assainir la situation.


    Les exportations des primeurs pour cette année oscillent aux alentours de 300.000 tonnes contre 200.000 tonnes l'an dernier. "Mais c'était une année exceptionnelle à cause des mauvaises conditions climatiques et commerciales", précise M. Hassan Maghraoui de l'Association des Producteurs Exportateurs de Maraîchage et Primeurs du Maroc (ASPEM).
    Sur ce tonnage global les expéditions des tomates prévues sont de l'ordre de 170.000 tonnes contre 165.500 l'année précédente.
    Le contingent pour l'exportation précisé par l'UE est de 150.000 tonnes. Le contingent du mois d'octobre est de 5.000. Pour la même période de l'année dernière, ce contingent n'a pas été réalisé. Les exportations n'ont pas dépassé 2.885 tonnes.
    "La réalisation du contingent dépend de la production". Cette dernière est estimée à près de 400.000 tonnes.

    Contrairement aux mois de novembre et de décembre, le contingent des tomates pour le mois d'octobre est difficile à réaliser, indique M. Maghraoui.
    En effet, la production a reculé en raison de la réduction de la superficie et du niveau des prix sur le marché intérieur. Ce dernier présente en effet des prix intéressants pouvant dissuader les producteurs d'exporter, notamment avec les contraintes de l'UE et les frais engendrés par l'opération d'export. A noter que le prix d'entrée pour la tomate sur le marché de l'U.E est de 48,40 Ecus pour 100 kg. Ce prix reculera à 47,60 Ecus à partir du 1er janvier et jusqu'au 31 mars.
    Les exportations risquent de baisser durant le mois de janvier qui coïncide avec le mois de Ramadan, est-il souligné.
    Pour les pommes de terres, les exportations prévues pour la campagne, qui démarre au mois de décembre, elles devront atteindre 100.000 tonnes contre 55.000 l'an dernier. Ces pommes de terre appelées "pommes de terre nouvelles" sont commercialisées sur le marché européen avant l'apparition des produits français.

    Calendrier de production


    Redoutable concurrent des exportateurs marocains, l'Espagne continue à "déranger" leurs prévisions. Pour les professionnels, les produits espagnols sont écoulés en grandes quantités sur le marché de l'UE avant même les produits marocains. De plus, l'Espagne et l'Italie, ajoutent-ils, pénètrent aussi le marché de l'Europe de l'Est, jugé potentiel pour les exportations marocaines.
    Par ailleurs, M. Miloud Belaâbidia, directeur de l'ASPEM, explique que les difficultés rencontrées au niveau de ce secteur sont dues notamment au délaissement de la programmation. "Il faut établir un calendrier de production et de produits spécifiques par région". Cette opération a notamment pour objectif de garantir un prix de revient au producteur via la mise en place de contrats de partenariat entre producteurs et groupes d'exportateurs. "L'objectif est d'éviter de mettre l'agriculteur devant un problème de fait".

    Cette programmation implique également la diversification de l'offre. D'autres légumes tels que les petits poids ont des débouchés et pourtant ils ne sont pas exploités.
    "Il ne faut pas se concentrer sur deux produits mais plutôt diversifier et garantir une bonne qualité des exportations. Ceci est d'autant plus important que la défaillance d'une seule marque marocaine touche et entraîne celle de tous les autres produits provenant du même pays".
    En vue de réduire les méfaits de l'endettement dont sont victimes les producteurs, l'Association demande que le rééchelonnement soit étendu sur 20 ans au lieu de 10 et qu'il soit effectué au cas par cas. La décision sera prise par une commission composée des représentants du secteur.
    Mais il va sans dire que les secteurs des primeurs et des agrumes ne comptent que des petits producteurs. Ces derniers sont au nombre de 8.000 pour les primeurs et 10.000 pour les agrumes. Mais au niveau de ce dernier les superficies sont réparties dans de bonnes proportions.

    Rafik IKRAM

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc