×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Ports: Les pilotes font plier Marsa Maroc

Par L'Economiste | Edition N°:2623 Le 03/10/2007 | Partager

. Les grévistes obtiennent gain de cause. Projet de concession de l’activité pilotage à une société de pilotes. Une autre rencontre avec l’ANP prévue cette semaineLE calme est revenu dans les ports. Après un bras de fer musclé entre les pilotes et Marsa Maroc (cf.www.leconomiste.com), une réunion intervenue le 29 septembre dernier a permis de trouver un compromis. Celui-ci a tout simplement évité à la direction de Marsa Maroc une grève de 24h qui devait être observée lundi 1er octobre dans tous les ports du Royaume, hormis ceux de Casablanca et de Tanger Med. La direction de Marsa Maroc et les pilotes ont ainsi convenu, sous réserve de confirmation par l’Agence nationale des ports (ANP), d’augmenter le nombre des pilotes «afin de garantir la sécurité dans les ports marocains». A signaler qu’une réunion entre les pilotes et la direction générale de l’ANP doit se tenir cette semaine dans le but de confirmer les décisions prises lors de la rencontre du samedi. Marsa Maroc s’est donc engagée à recruter des pilotes pour en atteindre 28 d’ici janvier 2009. Cependant, les pilotes recrutés devront être formés par leurs confrères déjà en exercice pour pouvoir être agréés. Financièrement, les pilotes pourront bénéficier d’une augmentation de 3.000 DH nets par mois et par pilote de la prime de sujétion. Cette augmentation aura un effet rétroactif à partir de juillet 2007. De leur côté, les pilotes se sont engagés «à assurer à partir du 30 septembre dernier, le travail en roulement en 3 fois 8 tel que pratiqué auparavant dans les ports». De plus, «nous nous sommes engagés à maintenir la paix sociale dans les ports, à recourir au dialogue comme moyen de règlement des éventuels différends et à s’abstenir de réclamer une augmentation salariale jusqu’à fin 2009», indique Najim Naji, du syndicat national des pilotes maritimes. Lors de la rencontre du 29 septembre, la direction générale de l’ANP a proposé la sous-traitance de l’activité de pilotage à des sociétés privées. Celles-ci pourraient être constituées de pilotes qui quitteraient Marsa Maroc. «Nous avons demandé un délai pour étudier cette proposition. Nous pensons commencer à y travailler après la fin du Ramadan», précise Naji. Si ce projet se concrétise, tous les ports du Royaume seront, à l’instar de ceux de Casablanca et de Tanger Med, gérés par des sociétés privées ou des associations de pilotes.


Après les pilotes, les grutiers…

A peine le problème des pilotes réglé, la direction de Marsa Maroc doit faire face à un autre corps de métiers. Il s’agit des grutiers et conducteurs d’engins lourds dans le port de Casablanca. Ces agents jugent disproportionnée une prime incitative allouée au personnel de Marsa Maroc. «Cette prime ne correspond pas aux attentes des grutiers et conducteurs de Marsa Maroc. Elle est tout simplement dérisoire par rapport aux primes distribuées à d’autres agents», s’insurge un grutier au port de Casablanca. Ses collègues ont décidé de porter le brassard en attendant une rencontre avec leur direction au cours du mois d’octobre. «Nous n’avons pas fait grève afin de ne pas congestionner davantage le port de Casablanca. Nous nous sommes contentés du port du brassard en attendant de rencontrer la direction de Marsa Maroc», explique Mustapha Ouardane, secrétaire général de l’UMT de la profession.Naoufal BELGHAZI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc