×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie

    Pollution: Les normes enfin appliquées?

    Par L'Economiste | Edition N°:3119 Le 01/10/2009 | Partager

    . Deux décrets d’application bientôt adoptés. Rejet liquide, air et atmosphère sont concernés Ils sont sur le bureau d’Ahmed Réda Chami, ministre de l’Industrie, du commerce et des nouvelles technologies. Deux décrets d’application attendent pour contreseing: l’un et l’autre vont déterminer «les valeurs limites spécifiques et générales applicables au rejet liquide, à l’air et à l’atmosphère», précise le ministre de l’Industrie. L’enjeu est bien évidemment écologique. Le secrétariat d’Etat chargé de l’eau et de l’environnement est à ce titre partie prenante. Le ministère de l’Industrie a, semble-t-il, «négocié pour établir des normes acceptables». Pour les industriels, s’entend. Ses valeurs limites spécifiques sont fixées après diagnostic des rejets liquides des entreprises. Localité géographique, taille, type d’activité sont pris en compte. Ensuite, on détermine les paramètres critiques. Ce sont là des indicateurs de pollution. Le cas des tanneries est flagrant: les tanneurs utilisent le chrome qui est un métal lourd. Et donc polluant.Il y a par ailleurs des paramètres communs aux entreprises (sucreries, papeteries, embouteilleurs des boissons gazeuses…) qui utilisent des matières organiques. «C’est le cas du DBO 5. Un indicateur scientifique pour déterminer la pollution de l’eau. Il évalue ainsi la quantité d’oxygène organique consommée pendant 5 jours», explique Smail Aboulam, ingénieur-consultant en environnement. Il y a aussi le DCO -demande chimique en oxygène- qui permet d’évaluer la pollution non organique dans l’eau.

    Investissement
    N’oublions pas par ailleurs les valeurs limites générales auxquelles doivent se conformer les rejets d’eaux usées des villes ou des entreprises non catégorisées, sur le plan sectoriel.Un problème de contrôle se pose par manque de moyens matériels et humains. Exemple: si l’on peut déterminer le taux de pollution atmosphérique d’une zone, il est quasi impossible d’identifier l’entreprise responsable juridiquement de cette pollution. Sans moyens techniques, la difficulté de la preuve persiste. Ces décrets viennent donc préciser certaines dispositions de la loi 13-03 relative à la lutte contre la pollution de l’air notamment.Qui dit normes dit secteurs d’activités bien ciblés. Ce qui inclut des investissements de mise à niveau. Le ministre de l’Industrie n’a pas hésité à interpeller les opérateurs de la chimie et de la parachimie à «prévoir des provisions sur investissement». Il s’agit cette fois-ci de relever le défi de l’efficacité énergétique et environnementale. Et là il y a des normes et des échéances surtout. Car janvier 2013, c’est déjà aujourd’hui. Voilà en substance le message adressé par Ahmed Réda Chami aux industriels de la chimie et parachimie. Un secteur dont le chiffre d’affaires pèse entre 40 et 45 milliards de DH du PIB. Et qui apporte une «valeur ajoutée estimée à 12 milliards de DH», précise le ministre de l’Industrie lors de son intervention au 10e Workshop -Responsible care-, du nom de la charte signée par 53 pays dont le Maroc. L’événement est une sorte de forum dont la dernière édition a été organisée le 30 septembre à Casablanca par la Fédération de la chimie et de la parachimie.

    Un secteur qui pèse

    A l’instar des autres secteurs, celui de la chimie et de la parachimie a ses colosses: si l’on enlève les cimentiers, le raffineur la Samir et le phosphatier -Groupe OCP SA-, le chiffre d’affaires va fondre. En revanche, le milieu «n’a pas encore exploité tout son potentiel» alors même qu’il figure dans le plan Emergence. Curieux paradoxe! Si l’échéance 2013 compte autant, c’est qu’il y va de la compétitivité des opérateurs de la chimie et de la parachimie. C’est finalement une question de survie. Le secteur compte près de 1.602 entreprises, soit 21% des établissements industriels et 19% de la production industrielle. Il emploie aussi 14% de l’effectif dans les industries de transformation, soit 62.402 salariés.Faiçal FAQUIHI

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc