×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Economie

    Economie sociale
    Un plan régional pour Meknès-Tafilalet

    Par L'Economiste | Edition N°:3119 Le 01/10/2009 | Partager

    . La région représente 10% du territoire et abrite 7% de la population. Un taux de chômage de 16,3% en 2008La région Meknès-Tafilalet aura bientôt sa stratégie d’économie sociale. Le ministère des Affaires générales et économiques, la région de Meknès-Tafilalet et la wilaya ont, en effet, signé, lundi 28 septembre, une convention relative à l’élaboration d’un plan régional pour le développement de l’économie sociale dans cette région. Le montant du budget débloqué pour ce projet s’élève à deux millions de DH. 9 plans de ce type ont déjà été signés dans d’autres régions du pays. Le plan régional de développement de l’économie sociale vise le développement des activités génératrices de revenus (AGR), la réorganisation du secteur informel et la restructuration des petits producteurs. Objectif: créer de nouvelles opportunités de travail dans la région Meknès-Tafilalet et assurer leur pérennité. L’approche adoptée par le ministère des Affaires générales et économiques en charge du secteur de l’économie sociale porte sur la concertation et la coordination avec les différents intervenants à l’échelle de la région. Elle consiste également à impliquer la population concernée pendant toutes les étapes de réalisation du plan de développement. Et aussi, l’intégration des différents programmes ministériels en rapport avec l’économie sociale et l’Initiative nationale de développement humain (INDH). La première étape dans l’élaboration du plan régional de développement de l’économie sociale concernera la définition des besoins et des priorités sectorielles dans la région. A cet effet, les différentes études réalisées à l’échelle de la région seront examinées afin de définir les forces et les faiblesses des différents opérateurs de l’économie solidaire. La deuxième étape vise à déterminer les activités génératrices de revenus dans des secteurs à fort potentiel. Il s’agit de recenser les richesses naturelles et humaines disponibles dans la région. Autre démarche préalable à la mise en place d’un plan d’action, l’examen de la chaîne de production afin de déterminer les irrégularités. Le schéma retenu consistera en le financement des AGR, la production et l’encadrement des unités et, enfin, la distribution, assortie de la création en aval d’unités spécialisées dans la commercialisation. L’étape finale portera sur la classification des AGR selon leur priorité, en se basant sur leur capacité à créer des postes d’emploi, l’amélioration du revenu et des conditions de vie des populations et la préservation de l’environnement. A terme, une banque ainsi qu’une cartographie des AGR seront mises en place.Le plan de développement régional de l’économie sociale prévu pour la région vise à apporter une solution à un ensemble de problématiques. Notamment identifier les secteurs économiques susceptibles de constituer des leviers de développement de l’économie sociale dans la région. Il a également pour finalité d’encourager les populations locales à s’adonner aux AGR identifiées dans le cadre d’entreprises collectives. Pour cela, la sensibilisation, l’aide à la création d’entreprises, l’encadrement, le conseil juridique seront fournis aux populations concernées. Les entreprises existantes ou en passe d’être créées bénéficieront également d’un accompagnement financier et technologique approprié. L’amélioration des capacités des associations à encadrer les entreprises collectives et les microentreprises est également prévue. Autre objectif du plan de développement, la mise en place d’une couverture médicale, des campagnes d’alphabétisation et la prise en charge des besoins spécifiques des opérateurs d’entreprises collectives. A noter que la région Meknès-Tafilalet, qui représente plus de 10% du territoire national, abrite 7% de la population. Elle possède diverses ressources naturelles, principalement dans le secteur de l’agriculture, de l’agroalimentaire, de l’artisanat, des mines, du tourisme… Pourtant, le taux de pauvreté dans cette région atteint 19,5% de la population. Ce qui dépasse la moyenne nationale. Au chapitre de l’emploi, le taux de chômage dans la région a atteint 16,3% en 2008.Par ailleurs, le nombre de coopératives ne dépasse guère 515, représentant 23.7000 adhérents, soit seulement 8% à l’échelle nationale. Hassan EL ARIF

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc