×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    International

    PO: Le processus de paix dans la tourmente

    Par L'Economiste | Edition N°:2296 Le 13/06/2006 | Partager

    . L’armée israélienne hausse le ton. Le référendum divise les parlementaires palestiniens Israël menaçait, le 12 juin, de riposter aux tirs palestiniens de roquettes contre son territoire par une vaste opération et des frappes contre la direction élue du Hamas. Le ministre israélien de la Défense, Amir Peretz a parallèlement écarté la reprise des raids ciblés contre les chefs politiques du Hamas islamiste ainsi qu’une offensive militaire recommandée par la hiérarchie de l’armée dans la bande de Gaza. Quant au Premier ministre israélien, Ehud Olmert, il tente d’obtenir le soutien de son homologue britannique Tony Blair pour ses projets en Cisjordanie alors que les violences se déchaînent sur le terrain.Selon les médias israéliens, le général Dan Haloutz, chef d’état-major, et les responsables du Shin Beth (sécurité intérieure) ont préconisé une opération d’envergure dans la bande de Gaza, notamment contre les infrastructures des groupes armés radicaux. Peretz veut renouer le dialogue avec le président modéré de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas. Il a ordonné de suspendre les bombardements de l’artillerie israélienne jusqu’à la fin d’une enquête militaire sur le drame à la plage de Gaza. Parallèlement, le Parlement palestinien, dominé par le Hamas, a entamé le 12 juin une réunion d’»urgence» pour discuter de la légalité du référendum convoqué pour le 26 juillet par le président Mahmoud Abbas. «Nous estimons que ce référendum est illégal et nous souhaitons qu’il soit abandonné au profit d’un dialogue», a déclaré un des députés du Hamas, Mahmoud Misleh. Le Hamas conteste le droit d’organiser un référendum, affirmant que la Constitution de l’Autorité palestinienne, ne prévoit pas la tenue d’une consultation. Un point de vue qui n’est pas partagé par le Président Palestrinien. Le référendum portera sur un document reconnaissant implicitement Israël, ce que le Hamas rejette. Finalement, le référendum convoqué par Mahmoud Abbas a donné lieu à une bataille parlementaire entre les députés du Fatah et de Hamas.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc