×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Arcelor rejette l’OPA améliorée de Mittal Steel

    Par L'Economiste | Edition N°:2296 Le 13/06/2006 | Partager

    . Mittal exclu tout renchérissement de son offreLE sidérurgiste européen Arcelor, qui a réuni dimanche 11 juin son conseil d’administration, a rejeté à l’unanimité l’OPA améliorée à plus de 25 milliards d’euros de son rival Mittal Steel mais s’est dit prêt à discuter d’une éventuelle revalorisation, a annoncé lundi le groupe. Le groupe européen a recommandé au contraire à ses actionnaires de soutenir le projet de mariage avec le sidérurgiste russe Severstal annoncé le 26 mai. Selon Arcelor, Mittal Steel lui aurait toutefois indiqué récemment «être disposé à améliorer» de nouveau les conditions de son offre d’achat. Le CA d’Arcelor a en conséquence demandé à sa direction générale, emmenée par le Français Guy Dollé, de rencontrer le groupe de l’industriel indien Lakshmi Mittal pour discuter de ces améliorations éventuelles. Mittal Steel avait néanmoins exclu dès dimanche tout renchérissement de son offre mixte en échange de titres et en liquide déjà revalorisée le 19 mai à 25,8 milliards d’euros. Pour s’assurer les faveurs de ses actionnaires, Arcelor a confirmé qu’il allait leur distribuer un magot de 6,5 milliards d’euros via une offre publique de rachat d’actions le 21 juin à 44 euros par titre. Dans son communiqué, Arcelor a de nouveau jugé la proposition actuelle de son rival Mittal «insuffisante au plan financier car elle continue de (le) sous évaluer». Le groupe basé au Luxembourg, numéro 2 mondial de l’acier, bataille depuis fin janvier pour échapper à l’OPA hostile du numéro 1 mondial Mittal Steel. Pour barrer la route à son rival, Arcelor a choisi de se marier avec le sidérurgiste russe Severstal, qui prendrait 32%, puis à terme 38%, de son capital. Mais depuis une dizaine de jours, Arcelor fait face à une rébellion de quelque 29% de ses actionnaires, emmenés par Goldman Sachs, la banque conseil de Mittal, qui lui ont demandé une assemblée générale extraordinaire pour se prononcer sur cette alliance. Ces actionnaires voudraient que le mariage russo-européen ne puisse être validé qu’avec l’approbation des deux tiers de l’actionnariat présent ou représenté lors de cette AG. Pour l’heure, la direction d’Arcelor a prévu une voie plus facile pour lui: le vote sur cette fusion se fera à la majorité du capital au cours d’une assemblée générale ordinaire prévue le 30 juin. Arcelor a refusé lundi la convocation d’une assemblée générale extraordinaire pour décider de l’alliance avec Severstal. Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc