×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Société

    Pluies diluviennes: 3 morts à Goulmima

    Par L'Economiste | Edition N°:2868 Le 25/09/2008 | Partager

    . Effondrement de 8 maisons à Tinghir et dégâts sur culturesLES crues provoquées par les fortes pluies enregistrées en fin de la semaine dernière au sud-est marocain ont été fatales pour les populations. Ainsi, à Goulmima, trois personnes ont trouvé la mort dont une femme et son enfant. Toutes les victimes ont décédé lorsque les crues ont emporté leurs véhicules suite aux inondations ayant envahi la route nationale n° 10, au niveau du tronçon reliant Goulmima à Errachidia. Quant à la ville de Tinghir (150 km au sud d’Errachidia), les crues ont causé l’effondrement dimanche dernier au douar Mrabtin (9 km de Tinghir) de huit maisons construites en pisé. Selon la direction de l’Equipement d’Ouarzazate, cette petite ville a connu des précipitations de plus de 80 mm en quelques heures, alors que la moyenne annuelle avoisine seulement 250 mm. La situation s’est aggravée par les crues rapportées par l’oued de Toudgha qui était fort de 600 m3/seconde. La faible infrastructure de la région a favorisé les inondations. Celles-ci ont ravagé les vergers d’olivier et de palmiers dattiers. A noter qu’en 2006 des inondations avaient fait un mort et causé l’effondrement de 200 maisons en pisé dans un seul douar. Par ailleurs, une centaine de touristes dont la présence a été signalée au-delà des gorges de Toudgha, ont été sauvés grâce à une bonne communication des informations sur l’arrivée des crues moins d’une demi-heure avant leur passage. Les autorités d’Ouarzazate avaient tenu récemment une réunion dans l’objectif d’examiner les scénarios d’interventions en cas de catastrophes naturelles. Parmi les mesures proposées figure la construction du barrage de Toudgha dont le réservoir permettrait une retenue de 70% des précipitations. Sans oublier l’impact sur les populations et la palmeraie. «Actuellement, toutes les eaux des pluies se perdent dans le désert alors que l’on peut tirer meilleur profit si le projet du barrage de Toudgha vient à être réalisé», déplore un membre de la Fédération des associations de développement de Tinghir. Cet ouvrage constitue en effet, selon les études, la pièce maîtresse pour la protection de la zone contre les catastrophes naturelles. A. Ra.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc