×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Plan quinquennal: Les députés font part de leurs «vœux«

    Par L'Economiste | Edition N°:810 Le 14/07/2000 | Partager

    • Les amendements des parlementaires, trop généraux ou trop pointus, n'auraient rien changé à la version initiale du planLa version du Plan quinquennal 2000-2004 revue et corrigée par les parlementaires ne sera pas très différente de la mouture originale. Les amendements des députés n'ont rien changé au niveau des grands choix stratégiques et se sont contenté de quelques retouches de forme. Pourtant, le gouvernement, représenté par le ministre des Prévisions Economiques et du Plan, M. Abdelhamid Aouad, paraissait plus disposé à accepter leurs propositions, y compris celles de l'opposition. Contrairement à ce qui a été le cas lors de l'examen de la Loi de Finances où tous les amendements de l'opposition ont été rejetés. Cette fois-ci, les propositions ont été étudiées dans le détail et M. Aouad prenait le temps d'écouter les députés et de leur expliquer les motifs du rejet de tel ou tel amendement. C'est ce qui explique le débordement des travaux de la Commission des Finances sur le temps qui lui était initialement imparti. Les travaux ont dû être levés vers 15 h 30 pour permettre aux députés de participer à la séance plénière. Ils devaient être repris juste après la levée de la séance.Mais le débordement s'explique également par les escarmouches habituelles entre l'opposition et la majorité. Un député de l'opposition a déclaré qu'il ne pouvait pas se taire tant que les représentants de la majorité ne cessent d'intervenir. Pour le chef du groupe PND, «le gouvernement aurait gagné beaucoup de temps s'il n'avait pas procédé à l'ablation de nos suggestions faites dans le cadre des commissions préparatoires du plan«.Au total, 17 amendements ont été présentés par la majorité et 19 par l'opposition. Une grande partie d'entre eux a été rejetée au fur et à mesure des débats.Motifs, «les députés bercent trop dans le local et oublient qu'ils sont en train de légiférer pour toute la Nation«, explique-t-on dans l'entourage de M. Aouad. En effet, certaines propositions portent sur des projets spécifiques que certains députés désirent voir se réaliser dans leur circonscription.• D'autres se sont exprimés en termes très généraux sous formes d'objectifs. Un membre de la Commission ironise en disant que les élus confondent entre «un Plan quinquennal et un cahier de vœux.« Certains parlementaires expliquent la faible contribution de la Chambre au Plan par le temps réservé à son examen qui a été jugé insuffisant. Entre le 20 juin dernier, date de la présentation par le Premier ministre du Plan, et le 13 juillet, date de son adoption par la commission, les députés n'ont eu que peu de temps pour discuter de son contenu. Cette période ayant été particulièrement chargée.Côté gouvernement, le temps est jugé largement suffisant. Les députés ont été conviés à participer aux travaux des commissions préparatoires, puis dans le cadre des travaux du Conseil supérieur du Plan. O.M.


    Les sous-plansPARALLELEMENT au Plan quinquennal soumis actuellement au Parlement, quelque 1.546 autres plans sont en préparation au niveau des collectivités locales, 71 au niveau des conseils préfectoraux et provinciaux, 14 au niveau des communes urbaines et 14 au niveau des conseils régionaux.Après l'adoption du Plan par le Parlement, le Ministère des Prévisions Economiques et du Plan procédera à la localisation des projets programmés dans chaque région afin de finaliser les plans régionaux. Le Conseil Supérieur du Plan sera convoqué par la suite pour vérifier le degré de cohérence de ces plans avec le plan général et les adopter.
    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc