×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Courrier des Lecteurs

    Placements à court terme : Les Sicav trésorerie sur la piste des TCN

    Par L'Economiste | Edition N°:259 Le 19/12/1996 | Partager

    C'est inévitable. Les Sicav trésorerie sont appelées à se développer. Les gestionnaires planchent sur le produit en attendant la dynamisation du marché secondaire.


    LES Sicav trésorerie(1) sont appelées à connaître une expansion rapide. La dynamisation du marché monétaire et la multiplication des lignes de Titres de Créances Négociables (TCN) vont accélérer le processus. Pour l'heure, hormis Wafa Gestion qui commercialise son FCP Cap Trésorerie, les autres gestionnaires d'OPCVM réfléchissent, chacun de son côté, à la conception de produits de placement similaires. Leur attitude attentiste est liée à l'étroitesse de la marge de manoeuvre. En effet, le marché monétaire demeure encore étroit puisqu'il est animé par un nombre réduit d'intervenants (les banques essentiellement). Ce marché se caractérise également par un manque de liquidité et de concurrence ainsi que par des marges d'intermédiation peu rémunératrices.
    Selon les gérants d'OPCVM, les Sicav trésorerie auront au départ du mal à réaliser des performances élevées. Pourtant, le développement de ce produit est inéluctable, notamment sous la pression des entreprises ayant une trésorerie structurellement excédentaire. L'enquête menée avant le lancement de Cap Trésorerie par Wafa Gestion a révélé, entre autres, l'intérêt des entreprises ciblées pour le placement à très court terme. "La contrainte de ressources finira par se diluer car l'entreprise sera obligée d'optimiser ses fonds pour dégager une rentabilité suffisante et opter pour un management moderne", assure M. Abdelhak Errakhmi, directeur général de Wafa Gestion.
    Les contraintes techniques liées, elles, au fonctionnement même du marché, finiront également par s'estomper. "Au début de l'année 1996, aucun outil de placement à court terme n'était disponible".

    A présent, les TCN et les Bons du Trésor animent le marché primaire et c'est l'atonie du marché secondaire qui constitue un frein. "Cet obstacle finira lui aussi par disparaître", est-il précisé.
    Les Sicav trésorerie sont de gros absorbeurs de TCN. Mme Hélène Renaud, gérant de portefeuille à Casablanca Finance Asset Management (CFAM), estime pour sa part qu'il faut d'abord coordonner les flux des liquidité et l'émission des TCN.
    Deux critères d'appréciation du produit sont avancés: la rémunération au jour le jour doit coller au taux interbancaire comme taux de référence et le risque objectif réduit au minimum. Ainsi, régularité de la performance et rentabilité constituent les deux conditions du bon fonctionnement de la Sicav trésorerie.

    Par ailleurs, le gestionnaire est tenu de respecter trois impératifs. En premier lieu, s'assurer de la sécurité des placements en investissant dans les titres de taux (Bons du Trésor et obligations et TCN). En deuxième lieu, veiller à la liquidité en gérant au quotidien les flux d'entrée et de sortie des fonds. "Suivre les flux d'entrée et l'atterrissage des placements constitue la vraie valeur ajoutée dans la gestion du risque d'une Sicav trésorerie".
    Enfin, réaliser une performance suffisante et un rendement proche du marché monétaire.
    Si tous les obstacles sont dépassés, ce placement destiné dans un premier temps à l'entreprise sera sans risque, défiscalisé, rentable et liquide. La concurrence aidant, la part des Sicav trésorerie tendra à la baisse et constituera à terme un placement "spéculatif" accessible au petit porteur.

    Trois types de Sicav trésorerie


    LES gestionnaires distinguent trois catégories de Sicav trésorerie en fonction de l'horizon de placement.
    Les Sicav monétaires sont constituées d'un portefeuille d'une maturité de quelques jours à 3 mois maxima. Il s'agit donc d'un placement au jour le jour (JJ) ne comportant aucun risque. La valeur de la Sicav monétaire augmente régulièrement, en restant collée au taux interbancaire.
    Par ailleurs, la Sicav monétaire dynamique est un placement à plus long terme (3 à 6 mois). "En fonction de la gestion, il y aura un arbitrage entre taux variables et taux fixes", précise Mme Renaud.
    Sur le plan de la performance, cette Sicav dégage une meilleure rémunération que le JJ mais son évolution est moins régulière que la Sicav monétaire.

    Enfin, la Sicav obligataire à court terme est constituée d'obligations en fin de durée de vie (3 mois à un an). Il s'agit d'un placement plus risqué.
    "En France, les Sicav monétaires et Sicav monétaires dynamiques se prêtent mieux à la gestion de trésorerie des entreprises et les Sicav obligataires à court terme à celle des particuliers", indique le gérant de portefeuille de CFAM. Dans l'état actuel du marché, les OPCVM monétaires purs ne peuvent être commercialisés. Le seul OPCVM de trésorerie lancé sur le marché par Wafa Gestion est de type FCP obligataire à court terme, constitué à 90% de Bons du Trésor, d'obligations et autres titres de créances.

    Mouna KABLY

    (1) Il s'agit plus précisément d'OPCVM trésorerie (Sicav et FCP).

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc