×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Peugeot développe un filtre écologique

Par L'Economiste | Edition N°:525 Le 09/06/1999 | Partager

· Le filtre à particules est régénéré de manière autonome tous les 400 à 500 km

· Mais il ne sera disponible en série qu'au début de l'an 2000


Le constructeur français Peugeot crée le 5ème temps du moteur diesel en développant le système de filtre à particules (FAP). Objectif: diminuer les rejets gazeux du moteur diesel. Conçu en 18 mois, le système FAP ne sera cependant appliqué en série qu'au début de l'an 2000, lors du lancement du nouveau moteur haut de gamme de la famille HDI (le DW12 TED4) à injection directe haute pression sur un futur véhicule du groupe. La version actuelle du moteur HDI est montée sur deux modèles du constructeur, à savoir la 406 et depuis peu, la 306 vendue à 2.200.000 unités jusqu'à aujourd'hui.
Ce filtre consiste en une structure poreuse, en carbure de silicium, constitué de canaux qui piègent les particules au passage des gaz d'échappement. "Il se caractérise par une très grande efficacité en filtration et une grande capacité de rétention des particules", estiment les concepteurs de ce filtre. Il est par ailleurs efficace pendant toute la durée de vie du véhicule et ne nécessite qu'un nettoyage à l'eau sous pression tous les 80.000 km afin d'éliminer les dépôts de cérine.
Selon les concepteurs du FAP, la filtration des gaz d'échappement est permanente. Selon l'état de colmatage du filtre, la régénération intervient tous les 400 à 500 km environ. Cette opération nécessite trois minutes et consiste à brûler périodiquement les particules accumulées sur le filtre. Principalement composées de carbone et d'hydrocarbure, ces particules brûlent en présence d'oxygène à une température de 550° C.

Cependant, ce filtre n'est pas une nouveauté en soi. Les constructeurs et des laboratoires de recherches y travaillent depuis plus de vingt ans. Déjà utilisé sur des installations industrielles fixes et sur certains véhicules utilitaires lourds, son application sur des véhicules particuliers se heurtait jusqu'à présent au problème de la régénération du filtre. C'est fait.
A rappeler que le moteur diesel consomme, en principe, intrinsèquement moins de carburant qu'un moteur à essence et rejette donc moins de gaz carbonique à effet de serre. Ce qui n'est pas toujours le cas. Le diesel demeure toujours critiqué pour ses rejets de particules et de fumées noires. Pour pallier la situation, le constructeur français PSA Peugeot Citroën avait innové en début de cette année le moteur HDI qui permet, par rapport à un moteur diesel classique, une réduction supplémentaire de 20% du CO2, de 40% du CO, de 50% des hydrocarbures et de 60% des particules. Il améliore par ailleurs de 20% la consommation.

Abdelaziz MEFTAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc