×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 159.147 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 199.098 articles (chiffres relevés le 27/5 sur google analytics)
International

Pétrole: Nouveau record

Par L'Economiste | Edition N°:2647 Le 08/11/2007 | Partager

. Incertitude sur le niveau de l’offreLES prix du pétrole ont touché de nouveaux records mercredi 7 novembre, le baril de brut léger américain dépassant la barre des 98 dollars et le Brent de la mer du Nord franchissant les 94 dollars, poussés par la crainte d’une nouvelle baisse des réserves pétrolières américaines.Le baril de «light sweet crude» coté sur le marché new-yorkais Nymex a grimpé jusqu’à 98,17 dollars vers 07H50 GMT, et le baril de Brent coté sur l’Intercontinental Exchange à Londres est monté jusqu’à 94,74 dollar au même moment.Vers 08H15 GMT (09H15 à Paris), le baril de «light sweet crude» pour livraison en décembre se maintenait en forte hausse, gagnant 1,44 dollar à 98,14 dollars contre 96,70 dollars mardi dernier à New York. La nouvelle accélération des cours est due selon des courtiers à des craintes d’une nouvelle baisse des réserves pétrolières américaines, qui serait malvenue dans un contexte général d’incertitudes sur le niveau de l’offre par rapport à l’explosion de la demande. L’état des réserves pétrolières américaines pour la semaine close au 2 novembre devait être publié hier. «Le pétrole prend la direction des 100 dollars», a estimé Steve Rowles, analyste chez CFC Seymour à Hong Kong.Mardi dernier, le département américain à l’Energie (DoE) a annoncé que les prix du pétrole allaient rester à court terme à des niveaux historiques, la demande progressant plus vite que l’offre.Dans l’ensemble, les marchés pétroliers vont rester tendus, a assuré le ministère américain: «La demande forte, les capacités de production limitées et la chute des réserves ainsi que les tensions géopolitiques continuent de peser sur le marché», a-t-il résumé. Selon le DoE, la consommation mondiale de brut va augmenter de 1,8 million de barils par jour en 2008 par rapport à 2007. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc