×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Politique

Parlement: Coup d’envoi de la session d’automne

Par L'Economiste | Edition N°:2130 Le 14/10/2005 | Partager

. Le Souverain prononcera un discours à cette occasion. L’ouverture de cette session marque la véritable rentrée politique. Les élections législatives de 2007 comme toile de fondLe gouvernement dans son intégralité, l’ensemble des parlementaires, tous habillés en costume traditionnel, sont aujourd’hui à Rabat. Les 325 députés et 225 conseillers ont quitté leur circonscription à travers tout le pays pour assister au rendez-vous annuel du Parlement: l’ouverture de la session d’automne, présidée par le Souverain. C’est un moment très fort pour la classe politique. Le discours, très attendu par les pouvoirs législatif et exécutif, est considéré comme le tableau de bord, une feuille de route à suivre pour la gestion des grands dossiers de l’heure. C’est en fait la véritable rentrée politique au Maroc.Plusieurs politiques s’attendent à voir le Souverain aborder les échéances électorales de 2007. Après l’adoption de la loi sur les partis politiques, déjà approuvée en commission, il faudra changer le mode de scrutin. Le ministre de l’Intérieur l’avait déjà annoncé au cours des discussions au sein de la même commission, il y a moins de deux semaines. L’impératif est de poursuivre le chantier de la transparence des élections. En 2002, l’ensemble de la classe politique a reconnu la régularité des élections pour la première fois dans l’histoire du Maroc. Il faudra enraciner ces pratiques propres dans la société pour les rendre incontournables. C’est un défi majeur que la classe politique est tenue de relever. Des observateurs s’attendent à un rappel à l’ordre royal pour se remettre au travail. Plusieurs chantiers n’avancent pas. A cela s’ajoutent la production législative insuffisante et l’absentéisme permanent. On s’attend à ce que le Souverain aborde la question du Sahara sous l’angle de l’autonomie régionale. Juste après le discours et le départ du Souverain, les députés vont se mettre au travail. Ainsi, le programme prévoit une séance plénière de la première chambre pour valider les présidents des commissions parlementaires. Il est incontestable que cette session sera également marquée par l’adoption de plusieurs textes qui sont prêts. Il s’agit notamment de la loi sur les partis politiques, le code de la pharmacie, les établissements de crédit et organismes assimilés dans le sillage de la loi bancaire. Le projet de loi sur l’habitat et l’urbanisme, plus connue sous le générique de «4x4», fait du surplace. Les députés font lanterner le ministre de tutelle istiqlalien depuis plus d’une année. Aujourd’hui, après la lettre royale sur la nécessité d’élaborer un code de l’urbanisme, ils sont invités à accélérer la cadence pour approuver le texte. Le Souverain a tiré la sonnette d’alarme pour stopper et punir sévèrement tous les responsables de l’anarchie urbanistique.Autre projet jugé important, l’outrage à l’emblème et aux symboles du Royaume. Le texte a été voté à la Commission de la justice de la première chambre. Il sera programmé en séance plénière avant de le transférer à la Chambre des Conseillers. Cette dernière devra programmer au sein de la Commission de l’Intérieur le projet portant création de l’Agence de développement de l’Oriental. Quant au projet instituant les cours d’appel administratives, il est à l’étape de dépôt des amendements au sein de la Commission de la Justice. Toujours à la Chambre des Conseillers, le texte relatif aux «édifices affectés au culte musulman» (les mosquées plus simplement) sera voté par la Commission de l’Education au cours de cette session. Sera programmé lors de cette session également le projet relatif aux conditions d’ouverture et de gestion des établissements de protection sociale.La loi de Finances reste l’autre rendez-vous incontournable des députés et conseillers au cours de la session d’automne. Le gouvernement dispose d’un délai réglementaire fixé au 20 octobre pour déposer le projet de budget 2006. Fathallah Oualalou, ministre des Finances et de la Privatisation, le sait. Il affiche une sérénité sans faille. Il pratique cet exercice depuis 1998. En plus, le Premier ministre, lui, viendra à la rescousse, avec un lobbying efficace. Il compte réunir à partir de la prochaine semaine la majorité gouvernementale chez lui. Objectif: convaincre les partis d’approuver rapidement la loi de Finances sans rechigner ni dresser des obstacles à son ministre des Finances. Oualalou compte passer ses soirées de Ramadan au Parlement. L’ambiance au travail s’y prête plus qu’en journée.Mohamed CHAOUI

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc