×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

Palm Bay: la méthode Nicklaus

Par L'Economiste | Edition N°:40 Le 30/07/1992 | Partager

Jack Nicklaus était à Agadir pour orienter l'aménagement du golf de Palm Bay. Jack a deux principes: préserver la nature et corser le jeu. Les méthodes d'un champion qui devient patron.

L'OURS doré" veut jouer sur les dunes. "L'ours doré", c'est Jack Nicklaus, ainsi surnommé pour son caractère renfrogné, d'une part, et pour son riche palamarès golfique, d'autre part. L'Américain a remporté, en 30 ans de carrière, des trophées par dizaines, des grands chelems, des Open US et britaniques. L'empereur des greens a trouvé un terrain à la mesure de sa force de caractère, celui de Palm Bay, qu'il est chargé de concevoir.
En bordure de mer, sur un terrain sablonneux, le golf sera bordé de dunes. Séduit par ces reliefs particuliers, Nicklaus a décidé d'y installer 18 trous que comportera le parcours. Des détours pour corser le jeu et jeter un regard sur l'Atlantique. L'ensemble du complexe comportera 45 trous.

Avancée des dunes

Ce que Nicklaus n'avait pas prévu, c'est que les dunes se déplacent. Entre la dernière visite de Nicklaus sur le chantier, le 9 Mai, et celle du 22 Juillet, il s'est passé 2 mois, et une avancée de dunes, de l'ordre d'un mètre, de la plage vers l'intérieur du golf. Mais Nicklaus ne renoncera pas à son idée: le golf est une école de ténacité. Il donnera ses instructions aux ingénieurs, aux techniciens, de fixer les dunes, par une végétation appropriée.
D'autres ont résolu le mouvement des dunes sur la plage d'Agadir en les rasant systématiquement. Une petite catastrophe écologique pour faire le bonheur des fanatiques du bronzage. Indignation de Nicklaus. Jack ne détruit pas les éléments naturels pour installer ses parcours: il les maintient.
Par souci écologique ou par intérêt bien compris: le golfeur qui joue sur les parcours dessinés par Nicklaus ne doit pas être lassé. Les reliefs naturels, comme la végétation locale éviteront la lassitude, renouvelleront l'intérêt, le plaisir au jeu.

Un Shaper

La fixation des dunes sera donc la priorité du chantier de Palm Bay. L'agronome Jay Sporl prend note et ira trouver la végétation adéquate. Car ce sont des agronomes spécialisés qui plantent les golfs: la variété des espèces et des sols l'impose. La végétation est donc fonctionnelle: elle fixe les dunes, arrête les balles perdues. Autre spécialiste attentif aux ordres de Nicklaus, l'arroseur. Didier Comte n'est pas un jardinier muni d'un tuyau et d'un arrosoir: installé en France en tant que "golf imaginieur", c'est un spécialiste qui conçoit un vrai réseau d'irrigation, invisible au golfeur, qui déversera de l'eau... au compte-gouttes.
Mais le premier talent qui s'exercera sera celui du "Shaper" Marc Blacksher. C'est lui qui donne les formes (shaper), le relief du parcours, avec son petit bulldozer climatisé. Car les deux premières phases de l'aménagement du golf sont achevées: à partir d'un plan initial, le défrichement et le terrassement. Les aires de jeu, les perspectives sont déjà aménagées. Les emplacements du Club House sont fixés. Nicklaus revient pour le modelage.

Travail de sculpture

Un vrai travail de sculpture d'un terrain de 100 hectares qui va commencer. L'artiste travaille son matériau, le sol. Il creuse, comble, puis constate le résultat, ajuste. Les architectes qui l'accompagent, habitués à travailler sur des plans préétablis jusqu'au dernier recoin, s'adaptent à cette méthode essais-erreurs, mélange d'art et de science, où l'on avance par étapes, vers un but, où chaque étape exige un temps de réflexion. C'est l'empreinte du golf, les réflexes acquis pendant le jeu qui guident le designer. Nicklaus voit la trajectoire des balles pour tout aménagement. "J'aimerai voir", "ce que je veux voir" rythme ses instructions. Il sait voir et sait écouter. Il sollicite l'avis de ses amis golfeurs qui l'accompagnent sur le chantier et ceux de ses collaborateurs: ils prennent note, mais discutent suggèrent au "boss", qui, de toute façon, sait déléguer. S'il pose un problème, il laisse ses spécialistes trouver la solution, étudier la faisabilité. Quand il veut fixer les dunes, il laisse aux techniciens le soin de trouver les moyens.

Rassurer les acheteurs

Dans tous les cas, Jack reste toujours amical, et travaille dans une décontraction très sportive. "Le golf développe la sociabilité. C'est une raison majeure de son succès", nous confiera Lyle Anderson, l'ami de Nicklaus qui exploite 5 parcours et en aménage 3 autres en Arizona, au Nouveau Mexique et à Hawaï, sur le même concept que le Palm Bay d'Agadir .
Autour d'un golf, des projets immobiliers et touristiques sont développés: villas, hôtels, Club House, piscine, tennis... Un complexe d'Arizona comporte par exemple 3 golfs et 5.000 habitations. L'accès, par la propriété, n'y est plus un privilège de riche. De plus en plus, la classe moyenne y investit pour ses week-ends, ses vacances, ou pour y habiter en permanence. Et puisqu'ils visent les classes moyennes, ces "complexes de golf" disposent d'un vaste marché, que le Maroc pourrait conquérir. Les Américains passent aisément 3 à 4 heures en avion pour rejoindre leur résidence golfique. Ils vont de New York en Arizona, des Etats de l'Ouest vers Hawaï. Les Américains de la Côte-Est pourraient venir au Maroc, estiment Lyle Anderson, tout autant que les Européens. "Les côtes américaines et européennes sont saturées ou protégées", explique-t-il. "Il suffit de rassurer les acheteurs, de leur offrir des garanties et la régularité des moyens de transports. Le nom du développeur est aussi très important pour les clients". Car les golfeurs sont une vrai population: 25 millions aux USA, qui jouent au moins 15 fois par an (en deça, les occasionnels, ne sont pas recensés) et qui ne disposent "que" de 12.000 golfs.
Palm Bay qui vise ce marché a choisi Nicklaus comme locomotive à son projet. Près de 10 à 12 millards de Dirhams seront investis dans l'ensemble du projet, conçu pour recevoir un maximum de 40.000 personnes. Les promoteurs espèrent par ailleurs que le projet rehaussera l'image et le niveau du tourisme à Agadir, ville encore "commercialisée" aux tours opérateurs à bon marché.o

Khalid BELYAZID

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc