×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Oxfam critique les producteurs de sucre européen

Par L'Economiste | Edition N°:1748 Le 15/04/2004 | Partager

. Ils déstabilisent les cours sur les marchés mondiauxOxfam, une organisation non gouvernementale (ONG) britannique, monte au créneau. Elle dénonce les pratiques “malsaines” des producteurs de sucre au sein de l'Union européenne qui profitent de prix garantis pour s'enrichir. Ce qui contribue à la déstabilisation des cours sur les marchés mondiaux.Pour cette organisation non gouvernementale, ces producteurs, et plus particulièrement en France, Allemagne et Grande-Bretagne, dégagent chaque année quelque cinq millions de tonnes d'excédent de sucre qui sont ensuite vendues sur les marchés mondiaux. Le paradoxe, c'est que ces producteurs sont eux-mêmes protégés au sein de l'UE par des taxes élevées à l'importation, qui créent, d'après Oxfam, une situation de «concurrence déloyale» entre les pays industrialisés et les pays en voie de développement. De plus, le système en vigueur «récompense les grands groupes et les riches agriculteurs”, avec l'aide de l'argent des contribuables et des consommateurs européens. En conséquence, les prix sur le marché communautaire se déstabilisent, et les petits producteurs en pâtissent. «La folie de tout cela, c'est que nous produisons beaucoup plus de sucre que nous pouvons en consommer en Europe et cela coûte très cher», ajoute l'ONG. Pis encore, l'impact sur les pays en voie de développement est “exacerbant”, juge Oxfam, qui estime que la vente des surplus de sucre européen fait perdre chaque année 494 millions de dollars au Brésil et 151 millions de dollars à la Thaïlande. Par ailleurs, ces pays ont un accès très limité au marché européen, selon l'ONG. En effet, les quotas annuels alloués aux 49 pays sont parmi les moins développés. Elles représentent, à peine, trois jours de consommation de l'UE. Ainsi, pour trois des pays les plus pauvres au monde, en l'occurrence la Mozambique, le Malawi et l'Ethiopie, les revenus potentiels tirés du sucre ont diminué de 238 millions de dollars depuis 2001 en raison des quotas européens.En guise de recommandations, Oxfam appelle l'UE à améliorer l'accès de ces pays au marché communautaire, réduire son propre niveau de production et arrêter de déverser ses surplus dans les pays en voie de développement. Synthèse L'Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc