×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Oujda/inondations : Le bilan s’alourdit

Par L'Economiste | Edition N°:2363 Le 18/09/2006 | Partager

. 1 mort, deux personnes disparues. De nombreux dégâts dans les établissements scolaires Le bilan des inondations enregistrées, mercredi dernier, dans la ville d’Oujda continue de s’alourdir (cf. www.leconomiste.com). De gros dégâts ont été provoqués: les oueds de Sidi Yahya et Sidi Maafa ont débordé de leur lit en raison des pluies diluviennes. L’anarchie urbanistique et la défaillance du réseau de voirie n’ont pas arrangé les choses. De nombreux établissements publics ont été inondés. Notamment tous les établissements universitaires à proximité de Jbel El Hamra et de Sidi Maafa. Le siège de l’Académie régionale d’éducation et de formation, le Centre de formation des professeurs, le collège Al-Qods, l’école Imam-Al-Boussairi n’ont pas échappé aux eaux. Les villas résidentielles ont, elles aussi, eu leur lot de souffrance. Pratiquement, toutes les caves sont submergées. Mais c’est surtout la faculté des sciences qui a le plus souffert. Les premières estimations évoquent quelque 5 millions de dirhams de pertes. Le niveau des eaux a atteint une hauteur d’environ 2 mètres. Dans les deux laboratoires du département de physique, tous les équipements scientifiques et de recherches ont été endommagés. Le matériel pédagogique du magasin des travaux pratiques de physique a été ravagé, à l’instar de la salle des polycopies. Les documents, archives et travaux de recherches ont également été perdus. «Cela représente 15 ans de travaux», déplore un enseignant chercheur. Le département de chimie n’a pas été non plus épargné. La réserve de verrerie et les produits chimiques ont connu le même sort, emportés sur une distance de plus de 150 m.  Par ailleurs plusieurs murs de clôture se sont effondrés sur plusieurs mètres linaires. Mêmes dégâts constatés notamment au collège Al-Qods, école Imam-Al-Boussairi. Au Centre de formation des enseignants du premier cycle (CPR), l’administration a dû déménager pour poursuivre l’opération de dépôt de dossiers de candidatures au concours d’entrée 2006-2007. Les dommages perturbent naturellement la rentrée scolaire, qui a démarré le 14 septembre. A noter que les collectivités locales, la Wilaya et la société civile se sont mobilisé pour porter assistance aux victimes des inondations. Enfin, des pertes humaines sont à déplorer. Selon les services de la protection civile, le corps d’un hommes aurait été repêché vendredi matin, sur l’une des rives du fleuve Isly, au nord de la ville. Deux autres personnes seraient encore portées disparues. De notre correspondant,Mohammed Zerhoudi

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc