×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    OPV-Managem: Les scores par membre du syndicat de placement

    Par L'Economiste | Edition N°:809 Le 13/07/2000 | Partager

    • La Société Générale et la BMCI arrivent en tête avec 28 et 19,9% de la demande globale• La valeur, fraîchement inscrite à la cote, est réservée à la hausse dès le premier jourENTRÉE en fanfare de Managem en bourse. L'engouement relevé lors de l'offre publique de vente (OPV) ne s'est pas estompé. Suite à une forte demande sur le marché central, le cours de la filiale de l'ONA, fraîchement inscrite à la cote, a été réservé à la hausse dès le premier jour (mardi); (voir aussi L'Economiste du 12 juillet). Son cours a atteint 850 DH pour des ordres au mieux et la demande s'est élevée à un peu plus de 250.000 titres. Ceci signifie que le marché est demandeur et que les investisseurs non satisfaits lors de la période des souscriptions sont venus se rattraper sur le marché secondaire. Les staffs de l'ONA et Managem, qui ont organisé un nouveau point de presse mardi, ne pouvaient dissimuler leur satisfaction après le succès de l'opération. «Nous veillerons à ce que le titre ait un parcours normal en bourse et puisse réaliser l'ensemble des projets de développement annoncés«, a promis M. Mourad Chérif, président-directeur général de l'ONA. «Il ne faut pas que le titre chauffe trop non plus«, a-t-il souligné.Fait marquant de cette opération qui a mobilisé quelque 11 milliards de DH par les investisseurs publics et privés pour une offre de 1,7 milliard est la grande présence de personnes physiques marocaines. Celles-ci ont raflé plus de la moitié des actions attribuées soit directement (44,9%) ou indirectement via les OPCVM (16%). «Ceci fait de Managem un titre populaire essentiellement détenu par les personnes physiques«, a rappelé Mme Nezha Hayat, directeur général de Sogébourse, chef de file du syndicat de placement.L'opération s'est également distinguée par l'effort considérable des différents partenaires pour mobiliser l'épargne. C'est en effet à coup de mailing, de contact direct ou encore du traditionnel bouche-à-oreille que les sociétés de bourse et banques ont travaillé pour attirer le maximum d'investisseurs. Ceci se confirme par les chiffres. Les banques et sociétés de bourse ont attiré quelque 32.299 souscripteurs, toutes catégories confondues. Les banques arrivent en tête avec 27.385 souscripteurs contre 4.914 pour les sociétés de bourse. Mais au niveau des actions demandées, ce sont les sociétés de bourse qui se taillent la part du lion avec une demande de 15.311.947 actions contre 4.576.162 pour les banques, soit un total de 19.888.109 titres. Même schéma en termes d'attribution. Les sociétés de bourse devancent toujours les banques avec 1.305.632 actions attribuées contre 821.298 pour les établissements bancaires. Pour analyser de plus près l'effort par partenaire, la SBVC (Société de Bourse des Valeurs de Casablanca) a établi un classement selon les quantités demandées et attribuées ainsi que le nombre de souscripteurs mobilisés par chaque membre. Ce classement fait ressortir la Société Générale, conseiller et coordinateur global et sa filiale bourse (Sogébourse) en pôle position avec 28% de la demande globale et quelque 10.541 souscripteurs. Elle est suivie de BMCI + BMCI Bourse avec une part de 19,95% de la demande globale et quelque 2.057 souscripteurs.Arrivent derrière la BCM + Attijari Intermédiation et BCP + Al Wassit avec respectivement 11,54 et 7.86% de la demande globale et 234.477 et 204.276 souscripteurs. A noter ici l'effort de la BCP, cochef de file pour attirer le maximum de MRE (Marocains Résidant à l'Etranger). Ces derniers sont estimés à 12% des demandeurs de la première tranche réservée aux personnes physiques.Pour l'heure, la place ne peut que savourer l'arrivée de nouveau papier en attendant de nouvelles opérations. Le marché s'en fait déjà l'écho. Des sociétés de bourse ont confié à L'Economiste qu'elles étudiaient des introductions imminentes. Pour sa part, l'ONA serait en train de tenter une nouvelle opération dans le grand secret comme ce fut le cas d'ailleurs pour Managem. Certaines sources proches évoquent le nom de Sopriam, distributeur de voitures particulières et utilitaires ainsi que pièces détachées pour les marques Peugeot et Citroën.Yousra MAHFOUD


    Même le samedi Samedi 24 juin 2000, dans les rues commerçantes de quartier Maârif à Casablanca: Un homme jeune, bon chic bon genre: «Bonjour, je suis de la Société Générale, je ne vous prends que quelques minutes; connaissez-vous Managem de l'ONA?«II entre dans chacun des magasins pour présenter l'OPV qui allait s'ouvrir le lundi suivant.Il ne peut pas prendre les souscriptions sur-le-champ, naturellement. Mais il a bel et bien passé son samedi, matin et après-midi, à expliquer aux épargnants et souscripteurs potentiels en quoi et comment l'OPV Managem pouvait les intéresser.Cette anecdote montre bien l'effort commercial de la Société Générale pour élargir la popularité de l'OPV, même quand finalement le client ira souscrire dans une autre banque ou chez une autre société de bourse.Ce faisant, la Société Générale a sans doute semé les gennes d'une nouvelle façon de travailler: d'abord l'effort de commercialisation, ensuite la communauté d'intérêt entre établissements concurrents.
    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc