×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie Internationale

    Optimisme mesuré des argentiers du G7

    Par L'Economiste | Edition N°:494 Le 27/04/1999 | Partager

    · Premiers signes de croissance dans les pays en crise, mais le G7 toujours prudent
    · L'accent mis sur la stabilité du système monétaire international


    C'est sur une note optimiste que s'est clôturée lundi soir la réunion du G7-Finances à Washington. En effet, les argentiers des sept grands pays industrialisés se sont déclarés satisfaits des premiers signes de croissance identifiés à travers les économies émergentes. Il s'agit des pays asiatiques, du Brésil et de la Russie.
    Cet optimisme a été cependant tempéré. "Je ne dis pas que la crise est derrière nous, mais je sens une amélioration", a déclaré M. Dominique Strauss-Kahn, ministre français des Finances. Cet avis était partagé par ses homologues du G7 qui ont en effet estimé qu'un certain nombre de problèmes persistent. "L'économie mondiale va mieux, mais doit être plus équilibrée", explique un communiqué rédigé à l'issue de la réunion. "L'Europe et le Japon vont devoir à leur tour pousser la croissance", poursuit le communiqué.


    Désalignements monétaires


    Contrairement aux Etats-Unis et au Canada qui ont continué à bénéficier de forte croissance économique et de créations d'emplois, les perspectives d'expansion de ces deux régions se sont affaiblies. A cet égard, les ministres des Finances ont pressé l'Europe et le Japon d'agir au plus vite pour relancer leur croissance.
    Parallèlement, l'assistance a passé au peigne fin les dernières évolutions de l'économie japonaise et brésilienne. "Nous travaillons d'arrache-pied pour remettre cette économie sur le chemin de la croissance", a indiqué le ministre japonais Kiichi Miyazawa. Pour le cas du Brésil, les perspectives ont été jugées plutôt encourageantes suite à l'évolution récente des taux de change, de l'inflation et des flux de capitaux. Autre point évoqué lors de la réunion, la stabilité du système monétaire international. Les pays du G7 ont en effet réaffirmé leur volonté à coopérer étroitement pour promouvoir cette stabilité et éviter des "désalignements" significatifs des taux de change entre les grandes zones économiques. A cet égard, les Européens ont uni leurs voix pour avertir les marchés contre une nouvelle glissade de l'Euro.
    Le président de la Bundesbank, M. Hans Tietmeyer, a déclaré que les marchés ne devaient pas sous-estimer le potentiel de l'Euro.

    Youssra MAHFOUD (AFP, Reuter)


    Programme de travail


    Les pays industrialisés du G7 se sont fixé un programme de travail d'ici le mois de juin, date du Sommet de Cologne en Allemagne sur la réforme du système financier mondial.
    Les principaux axes en sont:
    - le renforcement de la réglementation et du contrôle prudentiels dans les pays industrialisés;
    - la poursuite du renforcement des systèmes financiers dans les économies émergentes;
    - les régimes de changes soutenables dans les économies émergentes;
    - une plus grande implication du secteur privé dans la résolution des crises;
    - une réforme appropriée des institutions y compris celle du Comité intérimaire du FMI et du Comité de développement commun au FMI et à la Banque Mondiale;
    - la minimisation du coût humain des crises financières ainsi que l'amélioration des politiques sociales.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc