×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie Internationale

OPE de la BNP: Le rapport de forces s'intensifie

Par L'Economiste | Edition N°:513 Le 24/05/1999 | Partager

· Chacune des parties tire de son côté à six semaines seulement de l'arrivée à échéance de l'opération

· La banque espagnole BSCH, partenaire de Paribas, renforce sa participation dans la SG

Situation toujours confuse autour de la double offre publique d'échange (OPE) lancée par la BNP sur Paribas et la Société générale.
A six semaines de l'arrivée à échéance de l'opération, les différentes parties ne semblent pas trouver l'ombre d'un accord commun. Malgré les pressions des pouvoirs publics et de la Banque de France, chaque camp s'entête à soutenir son projet et refuse toute négociation.
Dans les milieux des affaires français, les observateurs s'interrogent si la guerre bancaire tripartite était en train de prendre un nouveau tournant.
Et pour cause, la Société Générale a connu la semaine précédente le renforcement de la participation de la banque espagnole BSCH, née de la fusion entre Banco Santander et Banco Central Hispano (BCH), dans son capital.
Lundi, la banque avait acheté 153.000 actions SG, soit 0,15% du capital, et mercredi, elle a indiqué avoir acquis 576.500 actions supplémentaires, soit 0,56% du capital. Avant cette acquisition, le groupe bancaire détenait déjà 1,2% de la SG.

Participation stratégique


"Ce n'est qu'un renforcement de la situation existante, c'est-à-dire de l'investissement financier que BSCH avait déjà dans cette banque. Sa nature n'a pas changé, c'est ce qu'on pourrait appeler une participation stratégique", tient à préciser un porte-parole de l'établissement espagnol à l'agence Reuter. Et d'ajouter: "Nous ne sommes pas au niveau d'une alliance. C'est néanmoins un investissement stable et plutôt à long terme", a-t-il précisé.
En tout cas, pour les observateurs, l'opération tombe à point pour la Société Générale. Selon un banquier d'affaires, il s'agit d'une marque de confiance précieuse. Celui-ci rappelle à l'occasion les discussions entamées il y a quelques mois entre la SG, la BCH et la Commerzbank autour d'un possible mariage à trois. "Les relations sont donc anciennes et solides", conclut-il.
Jusqu'ici, l'histoire paraît sans importance notoire. Seulement, il ne faut pas oublier que la Banco Santander et Paribas sont liées par des relations "solides". La Banco Santander est en effet partenaire de Cetelem, filiale de Paribas spécialisée dans le crédit à la consommation. L'effet en bourse s'en ressent déjà pour les deux valeurs.
Pour d'autres opérateurs, le rapport de forces entre les deux camps, SG-Paribas d'un côté et BNP de l'autre, ne semble toutefois pas pour autant avoir basculé. L'action BNP est, elle aussi, soutenue sur le plan boursier, notamment par une filiale d'Axa, mais aussi par les recommandations de certains analystes de la place.


Flash-back sur le feuilleton


Depuis le lancement de l'OPE sur la SG et Paribas, la BNP a reçu tous les feux verts nécessaires des autorités de tutelle (Ministère des Finances, Banque de France, COB...). SG et Paribas ont alors décidé de contre-attaquer sur le fond du dossier en affinant leur projet de mariage à deux, présenté le 24 mars à la presse et aux analystes financiers. Pourtant, l'accueil est resté froid...
Par la suite, les deux banques attaquées ont sondé quelques "chevaliers blancs" potentiels hors de France qui a d'ailleurs reçu un accueil vigilant. Parallèlement, Paribas a sorti un pacte d'actionnaires la liant à Axa et empêchant l'assureur, principal soutien du projet BNP, d'apporter ses titres à une offre déclarée inamicale.
Les dirigeants de SG-Paribas espèrent toutefois encore qu'une de leurs initiatives va payer. Ils ont déposé un recours devant la cour d'appel pour contester la recevabilité des offres boursières de la BNP. Les plaidoiries sont prévues le 1er juin et le jugement doit être rendu mi-juin. Mais jusque là pas question de négocier.

Yousra MAHFOUD

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc