×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    International

    OMC: Réunion ministérielle de la dernière chance

    Par L'Economiste | Edition N°:2652 Le 15/11/2007 | Partager

    . Révision de deux propositions de compromis sur l’agriculture et les produits industrielsUne réunion ministérielle des pays en développement se tient aujourd’hui à Genève alors que l’espoir de conclure rapidement les négociations à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) paraît de plus en plus compromis. A l’initiative du Brésil, tête de file du groupe des pays émergents (G20), huit ministres seront présents afin d’évaluer l’état des discussions du cycle de Doha sur la libéralisation des échanges, lancé voilà 6 ans dans la capitale du Qatar. Les représentants de l’Inde, de l’Afrique du Sud, de l’Argentine et de la Tanzanie feront notamment le voyage de Genève à un moment où les négociateurs peinent à trouver un terrain d’entente entre pays du Nord et pays en développement. «C’est probablement l’une des dernières chances que nos voix soient non seulement entendues mais écoutées», avait indiqué le ministre brésilien des Affaires étrangères, Celso Amorim, à l’annonce de la réunion.«Si l’on me demande si je crois possible que le cycle de Doha se conclue en un ou deux ans, je pense que oui», a-t-il ajouté lundi dernier dans la presse brésilienne. Les 151 pays membres de l’OMC discutent actuellement de la révision de deux propositions de compromis sur les principaux chapitres des discussions, l’agriculture et les produits industriels. Les pays en développement estiment que les pays riches sont trop exigeants lorsqu’ils demandent des baisses des droits de douane sur les produits industriels et n’offrent en échange que des concessions trop minces dans le domaine agricole. La semaine dernière, la Chine a menacé d’opposer son veto aux propositions sur les produits industriels si ses préoccupations ne sont pas prises en compte.De plus, des dissensions sont apparues au sein même des pays en développement. Les représentants du Mercosur (Argentine, Brésil, Venezuela, Uruguay, Paraguay) ont proposé fin octobre de protéger 16% des produits industriels d’une baisse des droits de douane, et ceci pour les pays membres d’unions douanières.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc