×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Nestlé va accélérer sa restructuration

    Par L'Economiste | Edition N°:503 Le 10/05/1999 | Partager

    Le groupe agro-alimentaire suisse Nestlé a été touché par la crise dans les marchés émergents où il réalise 30% de ses ventes. Des difficultés ont été rencontrées par le groupe successivement en Asie, en Russie et en Amérique latine. De ce fait, il se voit contraint d'accélérer son processus de restructuration afin de préserver sa rentabilité. Les activités de Nestlé n'ont crû que de 3,3% en 1998, alors qu'il espérait encore en novembre dernier atteindre un taux de croissance interne nette de 4%.
    La société ne se risque plus maintenant à des prévisions pour l'exercice en cours et les suivants. Au cours du premier trimestre de cette année, les ventes du groupe suisse ont reculé de 2,7% par rapport à la même période de l'année dernière. De plus, les marges ont baissé dans la plupart des métiers. Maintenant les objectifs du groupe consistent à se recentrer sur les secteurs "qui sont promis aux meilleures perspectives de croissance, avec une bonne valeur ajoutée", selon un administrateur délégué. Nestlé va notamment céder la marque Findus (produits surgelés) pour se recentrer sur des plats plus élaborés et plus rentables. Rompant avec un passé d'acquisitions spectaculaires, comme celle de Perrier, le groupe suisse va donc accélérer la restructuration de son portefeuille d'activités. De plus, il va tenter de faire des économies sur ses coûts qui devraient atteindre 13 milliards de DH en 1999. La multinationale va aussi tâcher de tirer profit au maximum de ses équipes de recherche et développement et jouer sur les synergies entre ses différentes unités. La branche alimentation et Alcon (ophtalmologie) ont par exemple mis au point un produit nutritionnel pour améliorer la vision.

    Nadia BELKHAYAT (AFP)

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc