×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Entreprises

    Nestlé Maroc démarre la production de Nescafé

    Par L'Economiste | Edition N°:87 Le 08/07/1993 | Partager

    Avec plus de 600 usines dans le monde, le groupe Nestlé s'est installé au Maroc, plus précisément à El Jadida, où il a démarré sa production en décembre 1992 (1). Apres la harira déshydratée, le café soluble, Nescafé, sera fabriqué à partir du mois prochain. L'investissement total de l'usine a nécessité une enveloppe de 450 millions de DH

    Jusque là vendu en contrebande ou importé de Côte-d'Ivoire, le célèbre café soluble "Nescafé" sera fabriqué au Maroc incessamment par Nestlé Maroc.

    Les essais techniques de l'unité "café" sont en cours de finalisation. Le produit sera sur le marché à partir de la fin juillet.

    La production sera destinée au marché local et pour l'export. Le marché local en absorbe prés de 250 tonnes par an, soit l'équivalent de 1.000 tonnes de café traité.

    La capacité de production prévue sera de 2.000 tonnes par an.

    L'usine de Nestlé Maroc est installée dans la zone industrielle d'El Jadida sur une superficie de 56.000m2. Elle est opérationnelle depuis décembre 1992.

    Le bâtiment est divisé en zones distinctes :

    - quatre ateliers de fabrication;

    - des aires de stockage, matières premières et conditionnement;

    - une station d'épuration de l'eau;

    - un bâtiment administratif.

    L'investissement a nécessité une enveloppe globale de 450 millions de DH.

    La production a démarré sur la ligne des produits diététiques et celle des produits culinaires avec la harira "Maggi" aux composantes déshydratées (2)

    Outre l'atelier "café", l'usine d'El Jadida compte trois autres unités de fabrication.

    La première concerne les laits en poudre (Nido) et les produits diététiques pour enfants avec NAN l et 2, Guigoz 1 et 2 et Nativa 1 et 2. Ces derniers sont actuellement distribués en pharmacie et déjà exportés vers la Tunisie. La capacité de production est de 8.000 tonnes par L an. Les produits diététiques nécessitant du lait frais, Nestlé Maroc s'est doté d'une douzaine de centres de ramassage de lait, construits dans la région des Doukkala, aux environs de Zemamra. Prés de 20.000 litres de lait sont collectés par jour pour la fabrication de la poudre de lait "Nido". En phase de croisière les besoins en lait frais de l'usine seront d'environ 50.000 litres par jour. Le marché des laits en poudre est estimé à 600 tonnes par an et "au Maroc, le plus grand consommateur de lait en poudre reste I 'Armée", indiquent les responsables de l'usine.

    La seconde unité est réservée à la fabrication de la harira en sachet, dont les premiers paquets "Maggi" ont quitté les dépôts de l'usine le 12 janvier 1993.

    Avec ce nouveau produit, le but des fabricants est de venir en complément à la harira traditionnelle et "s'adresser aux Marocains avec les produits qui les concernent"

    Le marché encore inexploité et convoité par les fabricants de harira déshydratée reste I'export. La capacité pour cette ligne de production est de l'ordre de 2.000 tonnes par an.

    Enfin, la troisième unité qui démarrera au mois de septembre prochain concerne les farines lactées, le plus ancien produit de Nestlé, à savoir "Cérélac" La capacité de production est de 2.500 tonnes par an.

    Pour la fabrication de l'ensemble de ces produits, certaines matières premières se trouvent localement. Il s'agit du lait frais, de la poudre de tomate, des lentilles, des pois chiches, du coriandre, des céleris et des épices. Pour les produits diététiques, Nestlé Maroc importe des blocs de vitamines destinés à renforcer la qualité nutritive. Il s'agit notamment des abouts de lait", c'est-à-dire des poudres de sérum déminéralisé.

    Par ailleurs, le contrôle qualité qui existait en Europe jusque dans les années 80 et qui consistait à jouer au "gendarme en blouse blanche", est aujourd'hui délaissé au profit de l'assurance - qualité et de la qualité totale.

    Le groupe Nestlé a, à travers toutes ses usines, lancé un vaste programme de formation qualité. " Aujourd'hui, tout dépend des yeux et des oreilles de l 'équipe qui travaille au sein de l'unité dont elle est responsable", expliquent les dirigeants de l'usine.

    De plus, ajoutent-ils, "l'esprit d'équipe reste la base du maintien de la qualité et de l 'hygiène"

    Chaque zone de production est par ailleurs dotée de "barrières de protection" (changement de chaussures à l'entrée des différents ateliers, lavage des mains, nettoyage à sec à l'aide d'aspirateurs...) et ce, pour éviter toute intrusion de microbes. "Un produit stérilisé devient encore plus vulnérable, ce qui explique la mise en place de toutes ces barrières de protection"

    Outre cette démarche, Nestlé utilise un support QMS (Schéma de Surveillance de la Qualité) qui consiste à définir les actions, les cadences de production, les méthodes, les normes et en cas de déviation définir les solutions.

    Chaque unité de l'usine possède un laboratoire de contrôle relié à un laboratoire régional. Il s'agit d'un laboratoire hollandais pour des analyses physico-chimiques. Les contrôles bactériologiques sont confiés à un laboratoire suisse.

    Le système de distribution est également soumis à un contrôle médical, car certains produits fabriqués par Nestlé sont vendus en pharmacie. Il en est ainsi pour les farines lactées et des produits diététiques.

    Enfin, Nestlé Maroc emploie 200 personnes dont des opérateurs, des techniciens, des ingénieurs.... Environ 250 emplois supplémentaires sont prévus pour la fin de l'année. 

    O.

    (1) Une visite de l'usine Nestlé Maroc d'El Jadida a été organisée le 19 juin dernier par l'Association des Gestionnaires et Formateurs du personnel, I'AGEF.

    (2) C f L'Economiste du 11 mars 1993.

    Procédé de lyophilisation ou désydratation

    La lyophilisation est la désydratation ou encore la dessiccation intégrale que l'on fait subir à certaines substances pour les conserver. Ce procédé s'effectue par sublimation, c'est-à-dire par passage direct de l'eau contenue dans un produit congelé de l'état de glace à celui de vapeur. On enlève la totalité de l'eau, à très basse température (-50°C) et basse pression (un cinquième - d'atmosphère normale), conditions qui permettent à l'eau de passer directement du stade solide (glace) au stade gazeux (cette réaction s'appelle sublimation).

    Légumes (potages en sachets), café, lait, oeufs (poudres d'oeufs) et nombre d'autres aliments solides ou liquides peuvent être lyophilisés. Sans eau, aucune réaction de chimie organique ne peut se produire et, comme les aliments lyophilisés sont maintenus sous vide, leur conservation est excellente. La lyophilisation est à l'heure actuelle la meilleure méthode de conservation de certaines matières. En effet, à -50° l'eau se congèle, sans faire subir de dommages aux molécules fragiles comme les protéines ou les pigments, ce qui n'est pas le cas lors d'une congélation normale. D'autre part, la sublimation de la glace laisse des espaces libres, et on obtient un résideux sec et poreux qu'on peut pulvériser. Les chercheurs n ' ont pas seulement réussi à préparer du lait, de la viande, des oeufs lyophilisés, mais sont allés jusqu'à mettre au point des techniques de lyophilisation des repas des cosmonautes.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc