×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Mise à niveau
30.000 PME à cibler

Par L'Economiste | Edition N°:1738 Le 01/04/2004 | Partager

. La population des PME scindée en 3 catégories. Seules les entités à la limite de l'informel sont concernées. Reste à évaluer le coût de la transparence L'actuel dispositif de mise à niveau s'appuie sur un engagement conjoint de la banque et de l'entreprise. La banque est censée assister et accompagner la PME dans sa restructuration. De son côté, l'entreprise doit déployer un effort de transparence. En fait, si l'emballement escompté n'a pas eu lieu, c'est sans doute parce que les deux parties ne jouent pas pleinement le jeu. La difficulté tient au fait que la population des PME/PMI ciblée par le système de mise à niveau, n'est pas homogène. L'enquête lancée récemment par la Fédération des PME/PMI (FPME) le confirme. Le Maroc compte environ 74.000 unités qui peuvent être classées en 3 catégories. Tout d'abord, les PME structurées qui sont tournées vers l'export ou positionnées dans des secteurs à haute valeur ajoutée. Elles sont quelque 1.500 environ. “Cette catégorie, qui se frotte à la concurrence étrangère, a déjà démarré sa mise à niveau pour rester compétitive”, précise Hammad Kassal, président de la FPME. Ces PME performantes sont convoitées et surfinancées par les banques de la place et sont en mesure de négocier au mieux les taux qui leur sont facturés.Viennent ensuite les PME/PMI à mi-chemin entre les secteurs formel et informel. Elles représentent 30 à 45% de la population étudiée. “C'est cette catégorie qu'il fallait cibler en priorité pour la mise à niveau”, fait remarquer le président de la Fédération. Par le passé, ces structures familiales ont profité de la protection du marché intérieur pour dégager des marges importantes. De plus, leurs pratiques comptables ne sont pas transparentes et elles ne déclarent ni leur personnel ni leur revenu. Avec la levée des barrières douanières et la pénétration du marché domestique par des concurrents asiatiques et turcs notamment, leurs marges s'effritent rapidement. D'où la fragilisation de leur structure financière. C'est le cas de plusieurs secteurs comme le plastic ou la chaussure en proie actuellement à de graves difficultés. “La casse risque d'être très importante dans les prochaines années”. Les patrons en sont conscients et se tournent actuellement vers la Fédération pour demander conseil. Pour le président, cette cible est intéressée par la mise à niveau, mais elle redoute le prix à payer en matière de transparence. “Il n'est pas question d'amnistie fiscale. En revanche, avec le concours des partenaires, à savoir la CNSS et la direction des Impôts, il est possible d'évaluer le juste prix de la transparence pour les aider à basculer de l'informel vers le formel. C'est le seul moyen de les sauver”, indique Hammad Kassal. Il est également possible de les forcer à jouer le jeu de la transparence via leurs donneurs d'ordres. Par exemple, pour accéder à leurs enseignes, les distributeurs peuvent exiger de leurs fournisseurs le respect d'une charte d'éthique. Celle-ci prévoit, entre autres, le respect de la déclaration des ouvriers à la CNSS et des revenus aux impôts. La société de distribution peut se réserver le droit d'initier un audit pour vérifier le respect des engagements. Enfin, la troisième catégorie englobe les très petites entreprises (TPE). Elles sont les plus nombreuses (50% des PME) et jouent un rôle social important (artisanat notamment). Cette catégorie requiert un traitement spécifique. Dans l'immédiat, elle n'est pas en mesure de profiter de l'actuel dispositif de mise à niveau.M. K.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc