×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Marrakech au chevet de sa palmeraie

Par L'Economiste | Edition N°:2489 Le 21/03/2007 | Partager

. Un projet de sauvegarde lancé. Les secteurs privé et public partenaires. Ecomusée et sensibilisation aussi au programmeEnfin! la palmeraie de Marrakech sera sauvée… Les secteurs privé et public unissent en effet leurs efforts pour préserver le joyau vert qui fait la réputation de la cité ocre. Ainsi, de grandes entreprises ont répondu à l’appel de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement. Celle-ci a lancé, lundi dernier, sous la présidence de SAR Lalla Hasnaa, un programme intégré de sauvegarde et de réhabilitation de la palmeraie. «Il s’agit d’un plan global étalé sur 6 ans et dont les grands axes seront la plantation, l’amélioration de l’état des palmiers et la sensibilisation des populations», souligne Lhaoucine Tijani, président délégué de la Fondation.Il est était temps pour Marrakech d’impulser une dynamique pour la sauvegarde de la palmeraie. Ce site emblématique a subi une perte estimée à plus de 19 % de la surface en 14 ans. L’urbanisation galopante, les dégradations dues au vieillissement des palmiers et l’absence d’entretien ont causé de sérieux problèmes. A cela s’ajoute une sécheresse quasi structurelle aux effets très néfastes. Toutes les actions de recherche et de développement lancées au cours de ces dernières années se sont avérées peu fructueuses. Parallèlement à la réhabilitation de la palmeraie, un écomusée pour la sauvegarde du patrimoine est prévu. Il s’agit de promouvoir des programmes de sensibilisation et d’éducation à l’environnement. L’objectif aussi est de développer un savoir-faire spécifique pour l’inscrire dans le réseau international des écomusées. «Cette structure jouera le rôle de réconciliateur et fédérateur de l’ensemble des thématiques environnementales et s’articulera autour de 3 thèmes: l’eau, le jardin oasien et l’architecture de terre», indique les responsables de la Fondation. Evalué à près de 96 millions de DH, le programme de sauvegarde et réhabilitation de la palmeraie va bénéficier d’un appui des collectivités locales et de sociétés privées. C’est ainsi que 10 conventions de partenariat  ont été conclues entre la Fondation et divers organismes et opérateurs. Chacun apportera son savoir-faire ou financera une partie du programme. Dans le détail, il s’agit de la Ville et de la Wilaya de Marrakech (plantation de nouveaux palmiers), de l’OCP, de l’Erac, de Med-Z (plantations de 430.000 palmiers).La mairie d’Elche, en Espagne, apporte, elle, son savoir-faire. La Mamda, les fondations ONA et CDG et l’Onep prennent en charge la création de l’écomusée sur le plan financier et aussi la valorisation du système d’irrigation Khettaras. «La Fondation est aujourd’hui sollicitée pour mobiliser les acteurs nationaux et étrangers afin de mettre en œuvre un programme ambitieux, destiné à restaurer et à redynamiser les oasis», soulignait le message royal adressé lors du lancement de ce plan d’action. L’idée est également veiller à la sauvegarde du patrimoine et à la valorisation économique qui permettront aux populations d’en tirer des revenus et d’améliorer la qualité de leur vie.


L’expérience d’Elche

La mairie d’Elche (Espagne) est parmi les signataires des conventions de partenariat qui vont lier la fondation porteuse du projet de sauvegarde de la palmeraie de Marrakech. La ville espagnole qui a en effet développé une expertise dans ce domaine apportera son savoir-faire. Son expérience pourrait être calquée à Marrakech. Pour sauvegarder sa palmeraie, la mairie d’Elche a racheté tous les sites où se développaient les palmiers. Ce qui lui a permis de mettre en place une oasis de 400.000 palmiers et de posséder aujourd’hui la plus grande palmeraie d’Europe. De notre correspondante, Badra Berrissoule

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc