×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 126.058 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 155.275 articles (chiffres relevés le 26/5 sur google analytics)
Economie

Maroc-Espagne: Le dialogue rouvert

Par L'Economiste | Edition N°:538 Le 28/06/1999 | Partager

Le bilan de la visite de trois jours de M. Mohamed Benaïssa, ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération, du 22 au 24 juin derniers, s'avère positif. Malgré les différends qui opposent les deux pays, le climat des négociations était assez détendu. C'est à l'invitation de son homologue espagnol, M. Abel Matutes, que le ministre marocain s'est rendu dans ce pays. Il a été reçu par le Roi Juan Carlos Premier au Palais de la Zarzuela à Madrid. Il s'est également entretenu avec le chef du gouvernement espagnol, M. José Maria Aznar.
C'est avec M. Matutes que les discussions ont été approfondies sur les diverses questions qui préoccupent les deux pays, notamment le problème de la pêche. Le message passé en substance par les deux responsables était que "tout pourra être résolu" avec le dialogue et le temps. "Il est regrettable que deux pays s'opposent autour de quelques tonnes de poissons, alors qu'il existe d'autres formules de coopération", a affirmé M. Benaïssa en référence à l'accord de pêche Maroc-Union Européenne qui va expirer le 30 novembre prochain et que le Maroc ne veut pas reconduire avec les mêmes clauses. "Nos ressources halieutiques sont importantes et elles nous appartiennent", indique le responsable marocain, rappelant que l'exploitation de ce potentiel a été si intensive qu'elle a créé des problèmes biologiques. Il a par ailleurs affirmé que le Maroc est "prêt au dialogue et à l'écoute de toute proposition de l'UE sur une nouvelle forme de coopération halieutique".
Concernant le problème de Sebta et Melilia, le ministre marocain a insisté sur le fait que "le Maroc ne cessera pas de revendiquer les deux villes qui géographiquement se situent sur le territoire national". M. Matutes a exprimé la volonté du gouvernement espagnol de contribuer à la réalisation de projets de développement dans les régions du Nord du Maroc. Enfin, les deux ministres veulent relever le plafond de la reconversion de la dette marocaine à l'égard de l'Espagne en fonds d'investissements. Une proposition que l'Espagne fera lors de la prochaine réunion du Club de Paris.
Nadia BELKHAYAT (MAP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc