×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Dossiers

Marchés financiers: Trop efficients, ils ne mènent à rien

Par L'Economiste | Edition N°:424 Le 18/01/1999 | Partager

Les transactions financières sont un excellent moyen, pour les entreprises d'augmenter leurs profits. Mais, théoriquement, le jeu du marché n'est pas un substitut au fonctionnement quotidien pour créer de la valeur ajoutée.

- Marchés semi-efficients,
- Marchés à forte efficience.

Les marchés à faible efficience

Un marché est dit à faible efficience, lorsque les prix actuels reflètent toute l'information fournie par les prix du passé. Cette forme d'efficience est appelée faible, car elle ne nécessite qu'une petite quantité d'informations incorporées aux prix. Les conséquences de cette forme de marché sont considérables. En effet, si les marchés sont à faible efficience, alors les prix passés ne peuvent prédire les mouvements des prix futurs; ils excluent les tendances, les cycles et les autres modèles de mouvement des prix.
Supposons par exemple que l'action d'une institution agricole obéit à un mouvement cyclique annuel. Elle grimpe en hiver et baisse en été. Tous les investisseurs prévoient que la baisse régulière en été sera renversée en automne. L'action devient, par conséquent, un pari à sens unique; et toute personne au fait de ce modèle cyclique va acheter l'action. En automne, il y aurait, à l'inverse, une grande pression des ventes, puisque tous les investisseurs anticipent le baisse saisonnière du prix de l'action.
Cependant, il est inadmissible que chacun puisse avoir une chance de réaliser une affaire fructueuse. Les ventes de l'automne pourraient conduire à une baisse des prix, alors que les achats de l'été pourraient les augmenter. Il en résulte une autodestruction du cycle.
Cette argumentation est valable pour tout modèle régulier des prix: quand plusieurs investisseurs ont découvert ledit modèle, leurs transactions vont régler les prix et le modèle disparaîtra.
Si les marchés sont à faible efficience, il n'existe alors que peu de possibilités pour les règles techniques du commerce, car ces dernières sont basées sur une information déjà reflétée par les prix du marché.
Une simple règle de prévision s'applique: le meilleur indice du prix de l'action demain, c'est son prix aujourd'hui. Cette règle est plus connue sous le nom-hypothèse de la "démarche aléatoire".
Le prix de demain pt+1 peut être calculé comme le prix d'aujourd'hui pt, plus une attente aléatoire de l'erreur Et+1 dont la valeur attendue peut être zéro. Cette implication est testable au plan pratique et de multiples études ont été menées pour montrer que les marchés financiers sont de faible efficience.

Marchés semi-efficients

Un marché est dit semi-efficient lorsque toutes les informations disponibles au grand public sont reflétées par les prix du marché. Ceci implique qu'un investisseur ne peut améliorer sa prévision des mouvements futurs des prix, en procédant, tout simplement, à une analyse d'informations comme les comptes de résultats, les rapports annuels.
Dans ce cas, les marchés financiers réagissent aux informations pertinentes rapidement et de manière appropriée. Ceci exclut les sur-réactions ou les sous-réactions systématiques. Si tous les investisseurs étaient au courant que les marchés réagissent peu ou prou à l'annonce d'une augmentation de dividendes, alors ils vont tous vendre (ou acheter) immédiatement après cette annonce.
Plusieurs études ont été effectuées pour tester les réactions des prix des actions après l'annonce de nouvelles concernant les dividendes et les profits, les fractionnements d'actions, les changements des règlements comptables, les indicateurs macro-économiques, les émissions de droit etc Les études ont confirmé qu'en général les marchés incorporent l'information publique d'une manière rapide et efficace. L'impact de cette forme de marché est aussi important que la première forme (à faible efficience). Lorsque les marchés des actions sont semi-efficients, l'analyse ne peut aboutir à un choix d'action profitable.
Il y a une seule exception à cette règle. Si un ingénieux analyste possède son propre modèle de traitement de l'information publique avec un autre modèle établissant des liens entre différentes variantes jamais repérées auparavant, il pourrait alors reproduire l'information originale à sa façon. Tant que les résultats de cette recherche ne sont pas divulgués au grand public, le fait de négocier, sur la base de cette information, serait toujours profitable dans le cadre des marchés
semi-efficients.

Les marchés à forte efficience

Un marché est dit à forte efficience si toutes les informations importantes (publiques ou privées) sont reflétées par les prix du marché. Cette définition est la plus rigoureuse de toutes, puisqu'elle implique que personne ne peut profiter de l'information, même interne ou produite par l'analyste astucieux sus-mentionné.
Dans un marché à forte efficience, les prix s'ajustent instantanément aux ordres basés sur l'information privée. Les études ont démontré qu'en général les analystes et les gestionnaires de fonds ne peuvent conquérir le marché. Alors que les opérations des "insiders" (les initiés) sont souvent très avantageuses. Par conséquence, les marchés ne sont pas généralement à forte efficience.
Plus récemment, des études plus critiques de l'efficience du marché des actions ont montré que certaines "anomalies" sont en contradiction avec l'efficience du marché. Ces études ont souvent testé un modèle particulier des prix des actifs. Un rejet du test peut indiquer un échec du modèle particulier des prix ou la difficulté pour les marchés de devenir efficients. Ces études sont si longues et si détaillées qu'elles ne peuvent être discutées dans le présent article.
Le message est suffisamment clair. Il n'y a aucun profit à tirer, dans le cadre des marchés efficients, de l'observation des tendances et du "timing" des marchés pour les émissions, le rachat des valeurs, la spéculation sur les mouvements des taux d'intérêt ou la considération d'un emprunt à court ou à long terme. De même, les changements comptables ou l'acquisition d'entreprises "sous-évaluées" n'ont aucun intérêt particulier. Les entreprises peuvent donner une valeur ajoutée à travers leurs opérations. Les transactions financières sont souvent des activités à Valeur Actualisée Nette (VAN) nulle, c'est-à-dire qu'elles n'ont pas une valeur ajoutée.


En bref


Les marchés sont "efficients" si la VAN des transactions financières est égale à zéro. Cependant, Il est assez courant de distinguer différents niveaux de l'efficience des marchés.
- Un marché est dit à faible efficience, si les prix présents reflètent toute information contenue dans les prix du passé;
- Il est appelé semi-efficient si toutes les informations qui circulent publiquement sont reflétées par les prix du marché;
- Il est à forte efficience si toutes les informations pertinentes (publiques ou privées) se reflètent sur les prix.


Traduction: Aziza EL AFFAS
L'Economiste




  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc