×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Economie

    Marché des changes: De nouveaux instruments

    Par L'Economiste | Edition N°:1678 Le 07/01/2004 | Partager

    . Comptes en devises, commodities, options. La Banque centrale lance une batterie d'outils sophistiqués. Elle promet aux banques la suppression de la commission de changeBank Al-Maghrib s'apprête à lancer de nouvelles mesures destinées à assouplir et développer le marché des changes. C'est à l'issue d'une réunion tenue avec les banquiers il y a quelques jours que la Banque centrale a dévoilé son plan d'action. Objectif: donner un nouveau souffle à ce compartiment. L'enjeu est de taille puisque le marché des changes est censé accompagner l'ouverture de l'économie.Concernant les comptes en devises, la circulaire que diffusera Bank Al-Maghrib introduit un certain nombre de changements. Les titulaires de ces comptes pourront vendre et acheter des billets de banque à leur valeur faciale. Jusqu'à présent, ils ne pouvaient que les céder au cours du jour avant d'alimenter leur compte en devises à un cours différent. En outre, la circulaire prévoit de donner la possibilité non seulement aux exportateurs mais aussi aux importateurs d'ouvrir un compte en devises.Une seconde circulaire, fin prête, porte sur la couverture des matières premières (commodities), telles que le propane, les métaux ou les céréales. A préciser que des opérateurs comme Managem, la holding minière du groupe ONA, recourent depuis quelques années à ce type de produits pour se couvrir contre le risque de variation de cours des métaux sur le marché mondial. Cette circulaire a été élaborée au terme de plusieurs réunions avec des banques étrangères qui commercialisent les couvertures de commodities et des brokers qui opèrent sur ces marchés. Dans un premier temps, les banques marocaines commenceront par assurer l'intermédiation de ces produits en gérant le risque de contrepartie. Elles délègueront aux partenaires étrangers la gestion de la couverture proprement dite. Les banques devront dans un premier temps se familiariser avec ce type de produits car les opérations de couverture des matières premières sont généralement complexes et nécessitent non seulement une expertise mais surtout un traitement back-office efficace.Deux fixings dans la journée La circulaire précisera la liste des produits qui pourront faire l'objet de couverture. A préciser que les opérateurs désireux de se couvrir contre les risques de fluctuation de cours, seront tenus d'ouvrir des comptes en devises, dédiés exclusivement à ces opérations.A terme, les banques marocaines pourront gérer directement des commodities en prenant une position à concurrence de 15% de leurs fonds propres plus une marge de 3%. Ces opérations seront alors régies dans le cadre d'un contrat standard reconnu à l'échelle internationale. Il s'agit du contrat ISDA (International Swap Derivaties Association) sur lequel planche la Banque centrale et qui sera reconnu par la justice marocaine. D'autres mesures visant à donner un coup de fouet au marché des changes ont été adoptées lors de cette même réunion. Ainsi, la Banque centrale s'est engagée à réclamer la suppression de la commission de change de 2°/oo (2 pour mille) prélevée à l'achat et à la vente. Cette commission prélevée par Bank Al-Maghrib pour le compte du Trésor (elle aurait généré plus de 100 millions de DH en 2002 selon un banquier) pénalise lourdement les opérateurs. De plus, elle est difficilement justifiable par les banques sur le plan commercial. En tout cas, les autorités monétaires se sont engagées à démontrer à l'Office des Changes que sa suppression est susceptible de générer des gains encore plus importants que son maintien.De plus, l'institut d'émission a donné son accord de principe pour permettre aux clients qui sont à la fois importateurs et exportateurs dans une même devise ou dans des devises différentes, de recourir au “netting”. Cette technique consiste à compenser une devise par une autre en évitant la facturation de la commission de change lors de la cession et l'achat de devises.Enfin, Bank Al-Maghrib se dit prête à adopter 2 fixings dans la journée: le premier à l'ouverture pour donner le sens du marché et l'autre à la clôture pour permettre la réévaluation des positions de change. Les banques devront au préalable, se mettre d'accord entre elles sur l'opportunité de cette mesure.


    Le marché des options en avril

    Bank Al-Maghrib donnera le coup d'envoi pour le marché des options, en avril. Les banques devront d'ici là se préparer au niveau des ressources matérielles et humaines. La circulaire autorisera les clients à être contrepartie dans les deux sens, à l'achat et à la vente. Les opérations à caractère optionnel seront adossées à des transactions commerciales et financières, des appels d'offres ou des investissements. Les banques pourront acheter et vendre des devises sur le marché international pour des besoins de couverture. Les contrats seront conclus dans le cadre d'une convention standard (ISDA) reconnue sur le plan international (voir article). Enfin, les opérations d'option seront comptabilisées conformément aux schémas comptables du plan comptable des établissements de crédit.Mouna KABLY

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc