×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Manpower veut transformer le travail temporaire

Par L'Economiste | Edition N°:346 Le 17/09/1998 | Partager

En apportant des méthodes différentes, M. Jamal Belahrach, general manager de Manpower Maroc, veut changer et l'image et la pratique du travail temporaire. Il a même un projet de réglementation. Il parle "beur" et ne mâche pas ses mots.


- L'Economiste: Vous voulez transformer le marché, alors qu'il a mauvaise image de marque et qu'il n'y a même pas de réglementation...
- M. Jamal Belahrach: Peut-être que si Manpower avait su que le marché marocain était ce qu'il est, nous ne serions pas venus. Maintenant, nous sommes là et, pour nous développer, nous devons transformer ce marché, pour notre bien, pour celui de nos confrères et celui de nos clients. C'est une question de mentalité. Ici, quand on parle de travail temporaire (TT), on voit tout de suite précarité. En réalité, la vraie précarité, c'est l'absence de réglementation du TT. Regardez autour de vous: 900.000 affiliés à la CNSS pour 4 millions d'actifs urbains. Qu'est-ce que c'est, ces gens qui travaillent au noir, si ce n'est de la précarité absolue. Si le Maroc veut entrer dans la globalisation, ce n'est pas avec ce genre d'opacité qu'il va y arriver. Il faut mettre fin au management caïdal et aux comporte-ments "hanoutistes". Les entreprises n'ont aucune chance de se développer et tenir l'ouverture si elles restent comme ça. La mise à niveau, c'est d'abord dans les têtes, entre autres vis-à-vis du travail temporaire.

- Mais ce qui fait peur dans le TT et la flexibilité du travail, ce sont les abus des employeurs.
- Ecoutez, si vous pensez que flexibilité c'est liberté d'abuser, liberté de renvoyer, de ne pas payer les charges sociales, vous avez tout faux. La flexibilité, c'est d'abord la mobilité géographique, la mobilité de la rémunération, les contrats à durée déterminée, les heures supplémentaires... C'est la gestion des hommes. Les salariés avec un contrat de travail, une déclaration à la CNSS, une couverture des accidents de travail et de la responsabilité civile, avec ses congés légaux payés... Ces salariés-là ne courent pas les rues au Maroc. C'est ce que nous garantissons à nos intérimaires et c'est ce que je voudrais voir se généraliser. C'est ça l'antiprécarité.

- C'est ce que vous voudriez rendre obligatoire pour le TT en demandant une réglementation?
- Oui, c'est le minimum, vous ne trouvez pas? Je crois qu'il faut aussi que les sociétés de TT déposent une caution consistante, pas moins de 70% du CA, comme les sociétés de bourse.

- Vous y allez un peu fort.
- Pas du tout. En France, quand le TT a commencé à se développer, il y avait beaucoup de petites agences où le patron est parti avec la caisse, ses ouvriers n'ont jamais été payés. Faisons l'économie de cette étape de marchands de viande. Profitons de ces expériences pour en tirer leçon. La caution est la seule garantie possible, y compris quand un client vous fait faux bond et que vous devez payez les intérimaires. C'est le point fort du projet de réglementation que j'ai déposé auprès du directeur du Travail, au Ministère du même nom. Je ne pense pas qu'il faille multiplier les autorisations d'exercer, obtenues on ne sait dans quelles conditions. En revanche, la sécurité financière des clients et des intérimaires est primordiale.

- Vous allez vous faire des ennemis dans le métier.
- Pas chez les gens qui travaillent sérieusement. Si le marché du TT devient plus transparent, si les contrats sont écrits, tout le monde y gagnera, Manpower avec les autres. Nous avons déjà fait un chiffre d'affaires de 10 millions de DH en un an. Vous voyez bien que l'on peut travailler dans la transparence avec des collaborateurs très motivés. C'est surtout une question de mentalité.

- Vous rendez le manager responsable, mais il y aussi une culture ambiante.
- Evidemment. On n'aime pas la concurrence, le challenge. Regardez ces diplômés qui ne veulent être que fonctionnaires, titulaires, employés à vie. Pas un n'a eu l'idée de venir voir si je n'avais pas du travail parce qu'on pense encore que le TT c'est bon pour les ouvriers seulement. C'est à désespérer, et j'avoue que ces men-talités me font peur pour l'avenir du Maroc. C'est pourquoi j'ai bien l'intention de contribuer à les changer.

Propos recueillis
par Rachid JANKARI


Belahrach: La politique autrement


Par sa personnalité et son parcours, M. Belahrach tranche sur son environnement marocain. Beur de 36 ans, il a orienté sa carrière de manager, il y a 14 mois, vers le Maroc, son pays d'origine. Ce faisant, il a entraîné son employeur Manpower à venir s'installer. Le spécialiste mondial du travail temporaire a maintenant deux agences, une à Casablanca, l'autre à Marrakech. M. Belahrach axe son argumentaire commercial sur la transparence vis-à-vis des travailleurs comme vis-à-vis de ses clients: les uns et les autres ont accès à la même information sur le contrat. Cette manière de faire est celle de Manpower, mais M. Belahrach compte bien la généraliser à tout le marché du travail temporaire, par la vertu de l'exemple. Il a une attitude militante sur ce point, ce qui ne le change pas de ses habitudes françaises: à Dreux, fief du Front National en France, il était déjà militant politique, vice-président du Groupe Force Démocratique de M. François Beyrou: "Vous devinez bien pourquoi j'ai fait de la politique à Dreux...", lance-t-il dans un éclat de rire. Au Maroc, la politique ne le tente pas: "Si j'arrive à faire bouger les mentalités autour du travail temporaire, de la transparence dans l'emploi, des relations employeurs-employés, ce sera cela ma politique".

Rachid JANKARI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc