×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Managem: Plus qu'une journée pour souscrire

Par L'Economiste | Edition N°:800 Le 30/06/2000 | Partager

. Politique agressive des banques et sociétés de bourse pour vendre la société minièreDécidément, ni le timing, ni le désarroi des investisseurs n'ont réussi à perturber la première grosse opération de l'ONA depuis l'arrivée de M. Mourad Chérif.C'est clair. L'Offre Publique de Vente (OPV) de Managem s'achemine vers une réussite. Auprès de la Direction Générale de l'ONA, il est indiqué que l'offre a été presque totalement écoulée. Mardi matin, la tranche personnes physiques a été entièrement cédée. Ces résultats ne sont pas le fruit du hasard. Il faut dire que les sociétés de bourse et banques n'ont ménagé aucun effort pour vendre le joyau minier de l'ONA. Pour les responsables, toutes les techniques sont bonnes pour attirer des investisseurs assoiffés de papier frais. «Nous avons sorti toute notre stratégie marketing pour vendre Managem«, a souligné un responsable commercial d'une société de bourse de la place. A coups de mailings, de contacts directs ou encore du traditionnel bouche à oreille, les sociétés de bourse ont usé de tous les moyens pour attirer le maximum d'investisseurs. Certaines sociétés ont même mobilisé l'ensemble de leur personnel pour contacter les différents investisseurs potentiels (L'Economiste en a fait l'expérience tout au long des journées de souscriptions). Même tendance du côté bancaire. Que ce soit à Casablanca ou à Rabat, les agences ont d'ailleurs été prises d'assaut par des investisseurs venus en force pour souscrire.L'opération a été également caractérisée par l'effort entrepris par le management de quelques sociétés pour inciter le personnel à souscrire. La Société Générale a proposé des prêts aux cadres à des conditions avantageuses. Idem pour le personnel de Managem qui s'est vu accorder des conditions particulières. Il a bénéficié d'un prêt sur 48 mois auprès de la Société Générale ou de la BCM avec un taux intéressant (5,5%). Selon les professionnels, la tendance devrait s'accentuer aujourd'hui, surtout que le dernier jour de l'opération est connu pour être le plus fructueux en matière de demande.Le succès de l'opération témoigne de la confiance de l'investisseur en la place. Le message est clair: la morosité qui sévit sur la place remet sur le tapis la rareté du papier. Donner un coup de fouet à la liquidité devient en effet une priorité. Sans cela, Casablanca ne peut prétendre aller de l'avant et les investisseurs ne peuvent reprendre confiance. A signaler à cet égard que le marché s'apprête à accueillir de nouvelles recrues. Des départements boursiers ont confié à L'Economiste qu'ils étudiaient de nouvelles introductions et ce, à côté des opérations très attendues de Maroc Telecom, Méditel ou encore l'emprunt obligataire de l'ONA prévu pour la rentrée. Résultat: une tension de liquidité qui devrait se répercuter par une pression sur les taux. Ceci vient d'être amorcé avec la progression des taux de rémunération des comptes sur carnet qui passent de 3,89 à 4,48% à partir du 1er juillet prochain. Y. M.


Même au niveau international

L'intérêt des investisseurs étrangers était déjà manifeste à la mi-juin, à Londres lors des journées de la Société Générale pour présenter à des fonds d'investissement internationaux les «bijoux« de placement découverts «de la Baltique au Cap«. Il est nettement apparu dans le comportement des fonds qu'ils cherchent, aux côtés d'investissements à la mode dans les télécoms et la net-économie, des placements de sécurité dans les mines comme Managem, ou dans les matériaux de construction comme la CIOR. Pour ces deux entreprises marocaines, il y avait eu la queue pour les rencontres en face-à-face et les échanges de documentation. N. S.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc