×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Dossiers

    Maîtrise des coûts de l'énergie, nouvelle tarification : Les premiers pas dans l'audit énergétique

    Par L'Economiste | Edition N°:220 Le 07/03/1996 | Partager

    Pour les industriels, la maîtrise du coût énergétique est un impératif compte tenu des nouveaux enjeux économiques et de la nouvelle tarification. Conséquence: la multiplication des audits énergétiques.


    Coût élevé des énergies, mise en place d'une nouvelle tarification, ouverture à la zone de libre-échange: la maîtrise des coûts de l'énergie en tant que facteur de production s'impose aux industriels. Lors de la journée AMGE (Association Marocaine pour la Gestion de l'Energie)-ONE organisée le 19 décembre 1995 sur la nouvelle tarification, l'Office avait proposé des audits énergétiques en tant que mesure d'accompagnement. Cette mesure fait actuellement l'objet d'études approfondies. Il s'agit d'analyser la faisabilité, la rentabilité et le coût de ces audits. Il faut rappeler que l'ONE compte 72 abonnés en haute et très haute tensions, et 6.000 industriels en moyenne tension. La réorganisation de l'ONE en cours devrait faciliter la mise en place de structures nécessaires pour faire face à ces mesures d'accompagnement.

    Le privé de son côté a déjà pris une longueur d'avance en proposant un programme d'audit énergétique. Ce dernier englobe l'audit d'électricité et l'audit thermique. Le premier a pour objectif une gestion rationnelle de l'électricité. Il permet tout d'abord de comprendre la structure tarifaire et la facture d'électricité. Ensuite, il contribue à surveiller, mesurer et enregistrer la consommation et la puissance appelée d'électricité. Le but est double: d'abord parvenir au maintien et à l'amélioration du système de distribution électrique; ensuite permettre une utilisation d'équipement électrique performant avec une efficacité maximale.
    Concernant l'audit thermique, il a pour objectif l'exploitation des équipements énergétiques. Il vise la récupération de chaleur (condensats, purges, rejets thermiques..), l'amélioration du rendement de combustion des générateurs thermiques, l'optimisation du réseau de transport des fluides et l'isolation thermique.
    A l'occasion des audits énergétiques, les aspects réglementaires des équipements électriques sont abordés.

    Programme "Attaka"

    En effet, Citech Ingénierie, en collaboration avec l'Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail et le GOPA-IBC (Groupement de bureaux d'études allemands), dans le cadre de la coopération maroco-allemande GTZ, propose un programme de formation "Attaka" pour la gestion rationnelle de l'électricité.
    Ce programme a été élaboré pour aider les responsables des entreprises, PMI-PME, à comprendre et à appliquer les techniques d'utilisation rationnelle de l'électricité, surtout "avec l'instauration de la grille tarifaire horo-saisonnière", explique M. Naïm Lahlou, directeur général de Citech.
    Le programme de formation Attaka comprend 4 phases.
    Un séminaire interentreprises d'une journée sur la gestion rationnelle de l'électricité: l'objectif est d'informer et de sensibiliser les responsables de production sur les techniques de gestion rationnelle de l'électricité. Le programme comprend l'analyse des puissances électriques dans une installation industrielle, mesures et comptages de l'électricité et tarification. Cette journée permettra d'analyser la structure de la facture d'électricité de l'ONE et des régies, ainsi que les aspects contractuels. "Le but est d'apprendre à gérer rationnellement l'électricité en améliorant les facteurs de puissance, en adaptant la puissance souscrite et en dimensionnant les installations de compensation", souligne M. Lahlou.

    La seconde phase de ce programme est axée sur l'audit d'électricité. La troisième est une formation-action au sein de l'entreprise qui vise à mettre en place les techniques d'amélioration de l'utilisation de l'électricité. La dernière phase sera axée sur les études de cas sectorielles.
    La GTZ, coopération maroco-allemande, prend en charge une partie du coût de ce programme qui s'élève à 23.500 DH par entreprise.
    Les entreprises assujetties à la taxe de la formation professionnelle peuvent bénéficier du remboursement partiel des frais de participation dans le cadre du système des contrats spéciaux.
    Par ailleurs, Citech Ingénierie organise conjointement avec Apave Maroc et Sirmel (filiale GEC Alsthom), le 21 mars, une journée de formation sur la nouvelle tarification et la maîtrise de la consommation d'électricité.

    Fatima MOSSADAQ

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc