×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1235 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1235 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1245 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1249 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Dossiers

LLD: Lobbying pour introduire le lease-back

Par L'Economiste | Edition N°:1763 Le 07/05/2004 | Partager

. L’association Analog a saisi le ministère du TransportLes loueurs longue durée ont leur association. Il s’agit d’Analog, créée en juillet dernier. Elle est domiciliée chez la Confédération nationale des transports routiers. “Il s’agit d’un syndicat qui défend les intérêts des loueurs longue durée”, explique Manar Talhi, DG d’Arval PHH et présidente de l’association. L’objectif est de faire connaître le métier et de distinguer la location longue durée de la location courte durée. Sachant qu’il existe déjà une association qui regroupe les deux: l’Alascam. “Alors que les loueurs courte durée mettent à la disposition de particuliers des véhicules, nous travaillons avec les professionnels et leur offrons des formules sur mesure”, indique Talhi. Autre préoccupation des membres d’Analog, convaincre le ministère du Transport de l’intérêt du lease-back, qui consiste à racheter le parc automobile d’une entreprise pour la libérer des lignes de crédit qu’elle pourrait réutiliser pour autre chose et lui relouer le même parc. Aujourd’hui, le lease-back est courant en Europe mais n’est pas possible au Maroc car le ministère n’octroie pas d’autorisation pour la LLD de véhicules d’occasion. Toutefois, il s’agit d’une formule moderne qui permettrait de créer des emplois et de soutenir l’activité économique, explique Talhi, d’autant plus que les véhicules jugés en mauvais état sont rachetés et revendus. Analog a saisi le ministère du Transport, dont elle attend la réponse. N.B.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc