×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

L'examen de la réforme de la BCE reporté

Par L'Economiste | Edition N°:1743 Le 08/04/2004 | Partager

. Le délai de 24 heures pour étudier le texte est jugé insuffisant . Un rapport qui accable le volet “recherche” de la banqueLa commission des Affaires étrangères de l'Assemblée a ajourné hier mercredi son vote sur la ratification de la réforme de la Banque centrale européenne (BCE). L'examen du texte en séance publique était prévu aujourd'hui jeudi. Adopté à l'unanimité en commission, cet ajournement a été demandé par le député souverainiste Jacques Myard (UMP, Yvelines), qui juge cette réforme “inacceptable”. Selon une source parlementaire, de nombreux membres de la commission ont surtout voulu sanctionner la méthode du gouvernement, qui ne laissait que 24 heures aux députés pour examiner ce texte après son adoption mardi au Sénat. La réforme, adoptée par le Conseil européen le 21 mars 2003 dans la perspective de l'élargissement de l'Union européenne, prévoit un système de rotation afin de limiter à 15 le nombre de présidents de banques centrales nationales appelés à se prononcer sur la modification des taux d'intérêt directeurs de la BCE. Actuellement, le conseil des gouverneurs de la BCE est constitué de l'exécutif permanent de la banque (six personnes, dont le président) et des 12 présidents des banques centrales nationales de la zone euro. Le nouveau système prévoit une pondération en fonction du produit intérieur brut des Etats et de l'importance de leur réseau bancaire, les pays devant être répartis en deux groupes lorsque le nombre de membres de la zone euro sera compris entre 16 et 21, et en trois groupes lorsqu'il sera supérieur à 21. Par ailleurs, un rapport d'évaluation indépendant sur l'état de la recherche économique au sein de la BCE, publié hier mercredi, a émis certaines critiques notamment sur la qualité de ses travaux. Le document regrette, en particulier, que les travaux des économistes ne soient pas suffisamment publiés dans des revues scientifiques de renom. Il reproche ainsi à la banque, qu'elle “n'ait pas réussi à attirer des économistes expérimentés”, son équipe étant constituée surtout de jeunes experts. La BCE emploie actuellement environ 219 personnes dans son département de recherche, soit un peu moins de 20% de l'effectif total de la banque.Synthèse L'Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc